L'UA trouve un compromis sur la création d'un gouvernement

continental Charm El Cheikh- Egypte (PANA) -- Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) ont finalement donné mandat mardi à Charm El Cheikh au président de la Commission de l'organisation, Jean Ping, d'élaborer un rapport sur la feuille de route et le mécanisme permettant d'aller vers un gouvernement continental, a appris la PANA de source officielle.
M.
Ping devra présenter son rapport en janvier à Addis-Abeba, en Ethiopie, lors du prochain sommet qui devrait durer trois jours.
Les chefs d'Etat et de gouvernement ont décidé de réserver un jour entier pour discuter de ce rapport et de décider de la mise en oeuvre du gouvernement.
Cette décision a été prise après d'âpres discussions qui ont duré plusieurs heures à Charm El Cheikh où s'est ouvert lundi le 11ème sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA.
Une vingtaine de pays avait décidé de former un gouvernement commun aussitôt après la fin du sommet dont la Libye, l'Egypte, le Sénégal, le Soudan, le Gabon et le Mali.
Ces pays avaient convenu de se retrouver à Dakar, au Sénégal, ou Libreville au Gabon, pour officialiser et formaliser leur décision.
Finalement, le président en exercice de l'UA et chef de l'Etat tanzanien, Jikaya Kikwete, a réussi à faire adopter une solution de compromis.
Estimant qu'il existe un consensus sur la mise en place du gouvernement continental, il a demandé aux chefs d'Etat d'éviter d'exacerber les antagonismes entre les partisans d'une création immédiate de ce gouvernement et ceux qui prônent une démarche graduelle.
Le président Kikwete a proposé à ses pairs de confier le travail au président de la Commission de l'UA qui va présenter un rapport exhaustif sur toutes les questions relatives au gouvernement continental lors du 12ème sommet de l'organisation prévu en janvier prochain à Addis-Abeba.
Par ailleurs, les chefs d'Etat et de gouvernement ont longuement débattu de la situation politique au Zimbabwe, adoptant une résolution dans laquelle ils suggèrent la formation d'un gouvernement d'union nationale.
Dans ce cadre, ils ont demandé au président Robert Mugabe et au chef du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), Morgan Tsvangirai, d'engager les discussions pour la formation de ce gouvernement sous l'égide de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).
En attendant, les chefs d'Etat et de gouvernement ont demandé aux pays et organisations de s'abstenir d'entreprendre toute action qui compromettrait la paix au Zimbabwe.

01 juillet 2008 20:10:00




xhtml CSS