L'UA pourrait pénaliser les changements inconstitutionnels de pouvoir

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Les ministres africains des Affaires étrangères, sous l'égide du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA) ont ouvert leur réunion dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, avec comme projet d'exposer une série de mesures pour s'opposer à la prise inconstitutionnelle du pouvoir, comme l'amendement de la Déclaration de Lomé.

Le président du Conseil exécutif de l'UA, Nassirou Bako Arifari, a déclaré qu'avec les récents coups d'état au Mali et en Guinée-Bissau, des amendements aux Déclarations de Lomé et d'Alger étaient absolument nécessaires durant le Sommet de l'UA pour pénaliser ces prises illégales du pouvoir.

Dans le cadre des Déclarations de Lomé et d'Alger, l'UA est autorisé à imposer des sanctions visant effectivement à isoler les auteurs d'un coup d'état pour une période de six mois avant d'appliquer une série de sanctions ciblées, comme le refus de visas et des restrictions commerciales, pour obliger le régime à se soumettre aux règles de la communauté internationale.

"Il faut des amendements  à ces protocoles pour pénaliser ces coups d'état. Il nous faut également une loi-type sur une juridiction à compétence universelle sur les crimes internationaux", a déclaré au Conseil exécutif, M. Arifari, par ailleurs ministre béninois des Affaires étrangères.

-0- PANA AO/SEG/FJG/TBM/SOC 24jan2013

24 janvier 2013 18:17:38




xhtml CSS