L'UA et l'ONU invitées à protéger les civils dans l'Est du Tchad

Dakar- Sénégal (PANA) -- Alors que les dirigeants de l'Union africaine préparent leur sommet en Gambie et que le Conseil de sécurité discute du déploiement de casques bleus de l'ONU au Darfour, Amnesty International (AI) réclame une action urgente de la part de la communauté internationale pour protéger les civils de l'Est du Tchad des attaques transfrontalières lancées à partir du Soudan.
"C'est une véritable occasion, aussi bien pour l'Union africaine que pour les Nations unies, de réagir de manière coordonnée et efficace à la crise des droits de l'homme de longue date au Darfour --une crise qui s'étend désormais au-delà de la frontière au Tchad et qui pourrait déstabiliser la région", a déclaré Irene Khan, la secrétaire générale d'Amnesty International.
"Le gouvernement tchadien doit assumer ses responsabilités pour garantir le protection de ses populations civiles et requérir l'assistance d'une force internationale si nécessaire", a-t-elle ajouté mercredi, dans un communiqué de presse.
Ce communiqué est rendu public alors qu'Amnesty International vient de diffuser un enregistrement vidéo montrant crûment les meurtres et les destructions perpétrés le long de la frontière du Tchad avec le Soudan, tout en publiant un rapport analysant ces abus et soulignant l'incapacité des gouvernements à assumer leurs responsabilités.
"Le gouvernement tchadien a pratiquement renoncé à sa responsabilité de protéger ses propres citoyens le long de la frontière avec le Soudan, ce qui les laisse vulnérables face aux attaques des miliciens Djandjawid et à l'exploitation des groupes armés soudanais présents dans l'Est du Tchad.
Le gouvernement soudanais permet aux milices Djandjawid d'attaquer les civils tchadiens de l'autre côté de la frontière, dans l'impunité la plus totale --ils tuent, pillent et dépeuplent les terres le long de la frontière", s'est alarmé AI.
"Les Djandjawids ciblent les communautés pratiquement sans défense --sans que s'y opposent les gouvernements du Soudan ou du Tchad.
Des mesures appropriées doivent être prises maintenant par la communauté internationale-- avant que la situation ne se dégrade encore plus".
Le sommet de l'UA qui se tient cette semaine, doit envoyer un signal clair au Soudan pour lui dire qu'il ne peut continuer à bloquer le déploiement d'une opération de maintien de la paix de l'ONU sans conséquences.
L'UA doit établir un programme d'actions claires pour faire pression sur le gouvernement soudanais, en lui imposant par exemple des sanctions ou en suspendant la décision de permettre au Soudan de prendre la présidence de l'UA en 2007", a imploré AI.
Le Conseil de sécurité de l'ONU va examiner cette semaine les résultats de la mission d'évaluation de l'ONU sur le déploiement d'une mission de maintien de la paix au Darfour.
Et "la crise qui se joue dans l'Est du Tchad indique que le temps presse et qu'il est impératif que les membres du Conseil se décident à faire pression sur le gouvernement soudanais afin qu'il accepte une opération de maintien de la paix au Darfour avec un mandat de protection et la capacité d'empêcher les incursions transfrontalières".
"La tragédie des droits de l'homme qui se déroule dans l'Est du Tchad est une conséquence directe du conflit au Darfour et il incombe à la communauté internationale de résoudre la crise des droits humains et humanitaire qui se joue des deux côtés de la frontière", souligne le communiqué.
"Non seulement le Conseil de Sécurité de l'ONU doit faire preuve de plus d'empressement pour combler le vide en matière de protection dans l'Est du Tchad --mais il doit le faire de toute urgence et ne pas attendre le gouvernement soudanais pour avancer sur le Darfour.
Les populations de l'Est du Tchad ont désepérément besoin de protection et ne doivent pas être les otages de l'allure des négociations avec Khartoum.
"Alors qu'un vide politique et en matière de protection s'intalle dans l'Est du Tchad, il existe un risque réel d'aggravation de la situation", a déclaré Mme Khan.

29 juin 2006 18:31:00




xhtml CSS