L'UA endeuillée par la mort des soldats sénégalais au Darfour

Addis Ababa- Ethiopie (PANA) -- L'Union Africaine (UA) a exprimé sa "profonde tristesse et son choc" quant à la mort des soldats sénégalais qui servaient dans la Force de protection de la mission de l'UA au Soudan (AMIS).
Dans une déclaration publiée mardi, le président de la commission de l'UA, Alpha Oumar Konaré, a rendu hommage aux vaillants hommes et femmes de l'AMIS qui sont déployés dans la région du Darfour (ouest du Soudan) en proie à un conflit, "dans des circonstances les plus difficiles et les moins appréciées".
Les militaires sénégalais ont été tués le 1er avril dernier au niveau d'un point d'eau dans la zone de Umbaro, a précisé la commission de l'UA.
Cet incident, dont la responsabilité est attribuée aux forces loyales de l'Armée de libération du Soudan (SLA), fait suite à une tentative d'assassinat du commandant adjoint de l'AMIS, le général de brigade Ephreim Rurangwa, dont l'hélicoptère a été la cible de tirs le 31 mars 2007 dans la zone de Kurni à Jebel Marra.
En effet une série d'incidents contre l'AMIS s'était produite au Darfour le mois passé, occasionnant ainsi la mort de deux membres du personnel le 5 mars à Graida.
Selon la commission de l'UA, les tirs dans la zone de Kurni à Jebel Marra visaient sans aucun doute un hélicoptère de l'AMIS qui transportait le général Rurangwa et son entourage.
"Il est important de noter que ces attaques qui ont été perpétrées ont comme toile de fond une vague croissante de harcèlements, détournements, menaces et chantage contre la mission et son commandement par certains de ceux que l'AMIS doit collaborer et soutenir.
Le but visé est de discréditer la mission, et au bout du compte, les efforts de l'Union Africaine au Darfour", a souligné la déclaration.
Condamnant ces actes, M.
Konaré a insisté qu'ils sont une violation claire des différents accords de cessez-le-feu que toutes les parties en conflit au Darfour avaient solennellement accepté de respecter.
Selon la déclaration, M.
Konaré considère la croissante hostilité contre l'AMIS comme une tentative calculée et délibérée en vue de dissuader la force de mener à bien sa mission, et de faire avorter les efforts en cours consentis par l'UA et les Nations unies pour renforcer le processus de paix au Darfour.
Il a précisé qu'il serait trompeur et peu judicieux de penser que seule une solution militaire pourrait résoudre la question complexe du Darfour.
M.
Konaré a réitéré son appel aux parties impliquées dans ce conflit pour qu'elles renforcent leur coopération et leur soutien aux efforts des envoyés spéciaux de l'UA et de l'ONU, respectivement Salim Ahmed Salim et Jan Elliason, car ils visent à élargir le processus de paix et à consolider l'Accord de paix du Darfour (DPA).
"Si cette tendance continue, l'opération de maintien de la paix sera sérieusement compromise", a-t-il dit, avant d'ajouter que l'UA ne peut pas tolérer les actes délibérés et injustifiés d'agression et d'impunité de la part des mêmes personnes pour lesquelles elle continue de faire d'énormes sacrifices afin de les soutenir.
Il a recommandé une enquête rapide sur les récents incidents, avec la totale coopération de toutes les parties impliquées, et a martelé que les coupables doivent être traduits en justice selon la loi internationale.
"Le sacrifice suprême que certains membres de l'AMIS ont payé pour la paix au Darfour ne sera jamais vain", a assuré M.
Konaré.

03 avril 2007 19:27:00




xhtml CSS