L'UA désigne un panel pour résoudre la crise ivoirienne

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - En réaffirmant ses décisions précédentes sur la crise post-électorale en Côte d'Ivoire, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) a mis sur pied un panel de haut niveau pour la résoudre de manière à préserver la démocratie et la paix.

A l'issue de sa réunion au niveau des chefs d'Etat, le Conseil a annoncé vendredi soir que ce panel serait mandaté pour évaluer la situation en Côte d'Ivoire et formuler, sur la base des décisions pertinentes de l'UA et de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), une solution politique globale.

Le panel doit conclure ses travaux au bout d'un mois et ses conclusions, qui seront approuvées par le CPS, lieront toutes les parties ivoiriennes avec qui ces conclusions auront été négociées.

Dans le même temps, le Conseil a exigé la levée immédiate du siège de l'Hôtel du Golf à Abidjan, la capitale économique ivoirienne où est confiné Alassane Ouattara reconnu par la communauté internationale comme le vainqueur de l'élection présidentielle ivoirienne.

En outre, le CPS a appelé à la fin de tous les actes de violence et abus contre la population civile, ainsi qu'aux incitations à la haine et à la violence.

Dans un communiqué, le CPS souligne l'importance de la poursuite des efforts en faveur du processus de paix dans ce pays, en particulier la tenue d'élections législatives, la réconciliation nationale, la réunification du pays, le désarmement des ex-combattants et le démantèlement des milices, la réforme du secteur de la sécurité et le rétablissement de l'autorité de l'Etat sur tout le territoire ivoirien.

Le Conseil a réaffirmé la nécessité d'une résolution pacifique rapide permettant la préservation de la démocratie et la paix à travers le respect de la volonté du peuple ivoirien et "une réconciliation durable de toutes les parties ivoiriennes par le dialogue".

Selon le communiqué, le CPS est satisfait des initiatives prises par la CEDEAO et la Commission de l'UA en vue de trouver une solution durable à cette crise en respectant le choix démocratique des Ivoiriens.

"En particulier, le Conseil rend hommage au président de la CEDEAO, aux présidents Thomas Yayi Boni du Bénin, Pedro Pires du Cap-Vert et Ernest Bai Koroma de la Sierra Leone, ainsi qu'au Premier ministre Raila Odinga du Kenya et aux ex-présidents Thabo Mbeki de l'Afrique du Sud et Olusegun Obasanjo du Nigéria, pour leurs contributions à la quête d'une résolution pacifique de la crise en Côte d'Ivoire", déclare le CPS.

Le Conseil a également exprimé son appréciation des efforts déployés par les différents partenaires de l'UA et de la communauté internationale dans son ensemble, en insistant sur l'importance de la mobilisation d'un soutien coordonné aux efforts de l'Afrique "qui a la responsabilité principale de la gestion et de la résolution de cette crise".

Préoccupé par la situation qui prévaut en Côte d'Ivoire depuis l'annonce des résultats du second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010, le Conseil a également fermement condamné les abus et autres violations des droits humains, les menaces et actes d'intimidation, ainsi que les actes d'obstruction contre les activités des Opérations des Nations unies en Côte d'Ivoire (ONUCI).

Il a déploré les pertes en vies humaines et les destructions de biens enregistrés dans certaines régions du pays.

-0- PANA AR/BOS/FJG/AAS/SOC 29jan2011

29 janvier 2011 12:22:41




xhtml CSS