L'UA dénonce la politisation du mandat d'arrêt contre el-Béchir

Syrte- Libye (PANA) -- Le commissaire à la Sécurité et à la Paix de l'Union africaine (UA), Ramdhane Lamamra, a affirmé que le Conseil exécutif de l'organisation panafricaine a adopté une résolution relative au mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) lancé contre le président soudanais Omar el-Bechir reprochant au Procureur général de cette juridiction la politisation de ce dossier, notamment par le bais des médias.
Dans une déclaration à la presse, vendredi à Syrte, dans le centre de la Libye, en marge du 13ème sommet de l'Union africaine, M.
Lamamra a indiqué que cette résolution, qui inscrit la position de l'Afrique dans le cadre des statuts de la CPI, englobe des griefs sur la manière dont le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, a conduit ses investigations.
Le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'UA, qui a affirmé que la résolution de l'UA a déploré le fait que les Nations unies n'aient pas encore donné une suite favorable à l'appel que lui a lancé le 12ème sommet de l'UA en février dernier à Addis-Abeba en vue de la mise en œuvre de l'article 16 des statuts de la Cour, a réitéré la demande de l'UA au Conseil de sécurité d'appliquer ledit article.
L'article 16 des statuts de la CPI permet, rappelle-t-on, le recours au Conseil de sécurité des Nations unies et la suspension des procédures pour une année.
M.
Lamamra a indiqué aussi que le présent sommet de l'UA souligne que si l'article 16 n'est pas mis en œuvre, il y aura un recours à l'article 98 des statuts de la Cour qui permet aux Etat-parties de refuser l'application du mandat émis contre le président el-Béchir.
"Le mandat a contrarié la progression du processus de paix au Darfour et a une part de responsabilité dans le fait que les pourparlers de Doha n'ont pas avancé au rythme souhaitable", a affirmé M.
Lamamra.
Répondant à une question relative aux informations faisant état de l'organisation, par l'UA, d'un sommet extraordinaire en septembre prochain à Syrte consacré au règlement des conflits dans le continent, le commissaire à la Paix et à la Sécurité a affirmé que le guide Kadhafi a accepté, sur proposition du Panel des Sages de l'Afrique réuni dernièrement à Tripoli, d'accueillir un sommet extraordinaire sur ce sujet, parallèlement aux festivités marquant le 40ème anniversaire de la Révolution du premier septembre en Libye.

03 juillet 2009 17:04:00




xhtml CSS