L'UA défend les intérêts des ACP face à l'UE

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Préoccupé par la chute brutale des prix des matières premières, les dirigeants présents à la troisième session ordinaire de l'Union africaine demandent à leurs partenaires européens de s'assurer que les réformes de la Politique agricole commune de l'UE (PAC) ne nuisent pas aux intérêts vitaux des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).
Les pays membres de l'UE sont des partenaires commerciaux et des partenaires au développement de longue date du groupe des pays ACP.
Dans une déclaration adoptée ce jeudi à Addis-Abeba, l'assemblée de l'UA estime que les réformes de la PAC doivent prendre en compte les intérêts des pays africains dont les économies dépendent largement des recettes tirées des exportations des matières premières.
La déclaration a spécifiquement mentionné le sucre, un produit d'exportation majeur de plusieurs pays ACP qui craignent d'être désavantagés par la révision des régimes sucre de l'UE.
Non seulement il existe une corrélation directe entre la dépendance aux matières premières et les niveaux de pauvreté, particulièrement dans un contexte de baisse constante des prix, mais la chute brutale des prix des matières premières a créé une crise dans la plupart des pays africains exportateurs de matières premières.
Le développement de ces pays est extrêmement dépendant des accords préférentiels UE-ACP régissant l'accès au marché européen de la banane, du riz et du sucre à des prix garantis.

08 juillet 2004 15:21:00




xhtml CSS