L'UA condamne le meurtre de deux ex-leaders rebelles au Darfour

Khartoum, Soudan (PANA) – L'Union africaine (UA) a qualifié lundi le meurtre de deux ex-leaders rebelles qui avaient souscrit au processus de paix au Darfour "d'acte lâche" visant à dissuader les autres mouvements à rejoindre le processus de paix.

Un communiqué de la Commission de l'UA indique que la présidente de la Commission, Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, a appris avec une profonde tristesse l'embuscade et le meurtre le 12 mai 2013, à la frontière entre le Tchad et le Soudan, du leader du mouvement Justice et égalité (Justice and Equality Movement-Sudan, JEM-S), le commandant Mohamed Bashar, de son second, Suleiman Arko Dahiya et de plusieurs autres membres de JEM-S qui se rendaient au  Darfour pour une mission de paix.

Le communiqué indique que la présidente de la Commission se souvient que Mohamed Bashar et son mouvement avaient opté pour la paix en signant le 6 avril dernier à Doha, au Qatar, un accord avec le gouvernement du Soudan.

"La présidente de la Commission condamne, avec force, cet acte criminel qui vise à dissuader les autres groupes au Darfour à se joindre au processus de paix", indique le communiqué.

Il ajoute que l'UA exhorte le gouvernement du Soudan, avec le soutien de la Mission conjointe Nations unies/Union africaine au Darfour (African Union-United Nations Hybrid Operation in Darfur, UNAMID) à traduire leurs auteurs en justice.

-0- PANA MO/VAO/ASA/TBM/SOC 13mai2013

13 mai 2013 22:32:58




xhtml CSS