L'UA appelle le Mali à lancer des pourparlers inclusifs

Yamoussoukro , Côte d' Ivoire ( PANA) - Le Haut représentant de l'Union africaine pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya a appelé les autorités maliennes à ouvrir des discussions inclusives pour aider à atteindre une paix durable et une stabilité dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Intervenant au nom de la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, lors de l'ouverture du 44e Sommet ordinaire de la CEDEAO à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire, M. Buyoya a félicité le gouvernement et le peuple du Mali pour les ''progrès remarquables" accomplis en l’espace d’un an seulement.

Il a énuméré les progrès comme étant les efforts visant à promouvoir la réconciliation nationale, les actions préparatoires pour le lancement des négociations inclusives et les mesures de confiance telles que la libération de prisonniers et la levée des mandats d'arrêt à l’encontre de dirigeants des mouvements armés.

M. Buyoya, qui est également le chef de la Mission de l'Union africaine au Mali et au Sahel (MISAHEL), une initiative de coopération avec les pays du Sahel pour lutter contre le terrorisme dans le cadre des efforts visant à stabiliser la région, a exhorté les autorités maliennes "à aller de l'avant, surtout avec l'ouverture de négociations inclusives, tout en assumant le rôle de chef de file dans ce processus".

A la suite des élections réussies qui ont restauré la démocratie au Mali, la prochaine étape est l'ouverture des négociations avec les groupes rebelles du Nord pour atteindre la paix et la stabilité permanente.

La semaine dernière, l'envoyé spécial de l'ONU, Bert Koenders a annoncé que le gouvernement malien et les rebelles ont fait des progrès dans les discussions informelles en prélude aux pourparlers inclusifs.

Une série de recommandations a été présentée par les parties prenantes sous la médiation du diplomate de l'ONU au cours de la troisième série de pourparlers qui a débuté le 14 mars dernier.

Les recommandations portent sur les questions de sécurité, le cantonnement des troupes, les mesures pour renforcer la confiance mutuelle, le retour des services sociaux de base et administratifs dans le Nord et une feuille de route pour des discussions inclusives à travers le pays.

La question du Mali est à l'ordre du jour du Sommet de deux jours de la CEDEAO qui doit s’achever samedi à Yamoussoukro.
-0- PANA SEG/AKA/IS/IBA  28mars2014

28 mars 2014 18:25:23




xhtml CSS