L'Ooas a besoin de 2,5 millions de dollars supplémentaires par an pour lutter contre les épidémies

Abuja, Nigeria (PANA) - L'Organisation ouest-africaine de la Santé (Ooas), l'institution spécialisée responsable de la santé dans la région, a besoin de 2,5 millions de dollars supplémentaires par an pour renforcer ses capacités à lutter contre les épidémies, selon son directeur général, Dr  Xavier Crespin.

Dans un document détaillant la riposte de l'Ooas depuis le début de l'épidémie d'Ebola en mars 2014, Dr Crespin a indiqué que ces ressources supplémentaires allaient renforcer les capacités de l'organisation à faire face à ces épidémies.

En tant qu'institution régionale responsable de la santé,  Dr Crespin a expliqué que l'Ooas a réagi vigoureusement à cette épidémie sans précédent, en "apportant rapidement aux pays touchés le soutien nécessaire pour faire face à cette épidémie".

L'objectif global de la riposte de la Commission de la Cedeao et de l'Ooas, a-t-il souligné, est de réduire le taux de mortalité par un dépistage précoce, une réaction adéquate et le renforcement des capacités des Etats membres.

Ceci pourra se faire en aidant les Etats à renforcer les capacités de surveillance de tous les personnels soignants; à prodiguer des soins adéquats aux différents cas à travers le pays et en renforçant les capacités des structures sanitaires dans tous les domaines, que ce soit pour les équipements de protection, les médicaments, les produits d'hygiène et d'assainissement, les réactifs et consommables de laboratoire.

En outre, l'Ooas et la Commission oeuvrent au renforcement des mesures de surveillance et de prévention à l'intérieur du périmètre frontalier de la communauté, à la sensibilisation, l'information et l'éducation des communautés sur les mesures de prévention et au renforcement de la collaboration entre les ministères de la Santé et les autres départements pour une réponse multisectorielle.

Il a réaffirmé la validité de ces initiatives pour s'assurer que les communautés soient bien informées sur les mesures de prévention, que les cas soient détectés le plus rapidement possible et que les cellules de coordination et de surveillance soient fonctionnnelles.

Il a également demandé que l'accent soit mis sur le plaidoyer et la mobilisation des ressources, la communication et la mobilisation communautaire, le renforcement des capacités des pays touchés et non touchés, la surveillance et la coordination de la gestion de l'épidémie.

A cet égard, il a expliqué que l'Ooas et la Commission s'engageaient à former et à sensibiliser les agents de santé sur la manière de traiter les cas et les mesures de précaution à prendre afin d'éviter la transmission, ainsi qu'informer et sensibiliser les populations par des messages éducatifs destinés à réduire les risques.

Il a révélé que 400.000 dollars ont été débloqués pour les trois pays affectés (Guinée, Liberia et Sierra Leone) en vue de renforcer leur surveillance épidémiologique et leur capacité de riposte suite à une série de missions menées en Guinée par une équipe de l'Ooas.

En outre, une campagne sans précédent est en cours pour sensibiliser les citoyens de la Communauté, principalement dans les pays touchés. Elle cible les décideurs et les chefs religieux et traditionnels locaux et nationaux.

Cette campagne est complétée par une mobilisation sociale à grande échelle des chefs traditionnels, des communautés, des professionnels de la presse ainsi que par une autre campagne de changement des comportements, tout en renforçant les capacités des professionnels des médias.
-0- PANA SEG/FJG/BEH/IBA   20novembre2014

20 novembre 2014 15:35:24




xhtml CSS