L'ONUCI met en garde les auteurs de violations de droits de l'Homme

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - L’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a adressé jeudi une mise en garde aux auteurs des «graves» violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire, affirmant qu’ils seront tenus individuellement pour responsables de ces actes, indique un communiqué à Abidjan.

Selon l'ONUCI, la situation des droits de l'Homme s'est considérablement détériorée suite aux affrontements armés dans l’Ouest du pays, à Yamoussoukro et dans certains quartiers d’Abidjan, la capitale économique.

A Abobo, des combats à l’arme lourde ont opposé les Forces de défense et de sécurité, fidèles au président sortant, Laurent Gbagbo, au "commando invisible", faisant au moins 26 morts et des dizaines de blessés civils et provoqué le déplacement de plus de 200.000 personnes.

De récents témoignages recueillis par l'ONUCI indiquent que depuis plusieurs jours des civiles seraient empêchés par des éléments du "commando invisible" de quitter librement les zones de combats.

Des familles entières, bloquées dans des lieux publics, des églises et paroisses, vivent dans la peur, privées d’eau et d’électricité.

L’ONUCI dit avoir observé une nouvelle flambée de violences caractérisées d’une part, par des attaques ciblées contre elle et son personnel à la suite de l’appel du leader des "Jeunes patriotes", Charles Blé Goudé et, d’autre part, par des affrontements de rue entre des jeunes armés partisans du président sortant, Laurent Gbagbo et ceux du président «élu», Alassane Dramane Outtara.
-0- PANA BAL/AAS/IBA 03mars2011

03 mars 2011 14:18:55




xhtml CSS