L'ONU va renforcer ses troupes en Côte d'Ivoire

New York, Etats-Unis (PANA)   - L'ONU va ajouter 2.000 hommes supplémentaires aux 9.000 casques bleus déjà déployés en Côte d'Ivoire pour renforcer la paix et la sécurité.

"Ces nouvelles troupes vont remplacer les casques bleus de la Mission des Nations unies au Liberia (UNMIL) déployés temporairement en Côte d'Ivoire pour le deuxième tour de l'élection présidentielle", selon une source onusienne qui a souligné la nécessité de renforcer les troupes de l'ONUCI pour parer à une éventuelle reprise de la guerre civile en Côte d'Ivoire.

Ce pays est dans l'impasse, Laurent Gbagbo refusant de céder le pouvoir à son adversaire Alassane Ouattara, reconnu comme le vainqueur du deuxième tour de l'élection présidentielle du 28 novembre.

Laurent Gbagbo a également exigé le départ de l'ONUCI, ce que l'ONU a refusé et la mission protège désormais le nouveau président ainsi que son gouvernement à l'Hôtel du Golf à Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire.

Par ailleurs, un communiqué de l'ONU a indiqué jeudi que 31 autres personnes sont mortes dans des circonstances suspectes la semaine dernière et que 17 nouveaux cas de disparitions forcées ont été signalés.

Le Secrétaire général adjoint des Nations unies pour les opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, a présenté un rapport au Conseil de sécurité sur le conflit ethnique dans l'ouest de la Côte d'Ivoire et la propagande haineuse constante contre l'ONUCI à la radiotélévision nationale qui reste sous le contrôle de M. Gbagbo.

"Les restrictions de déplacement imposées à l'ONUCI dans la capitale et ailleurs, surtout à l'ouest, restent un sérieux problème avec des incidents au niveau des barrages routiers et des agressions commises par des forces régulières et irrégulières fidèles à M. Gbagbo", a-t-il déclaré.

"Il n'est pas seulement difficile pour l'ONUCI de mener à bien sa mission et d'assurer ses approvisionnements, mais également de protéger les civils et les droits de l'Homme.

"Malgré qu'on l'empêche d'accéder aux régions touchées, la mission fait également de son mieux pour protéger tous les civils, quelle que soit leur obédience politique", a souligné M. Le Roy.

Par ailleurs, l'ONU a indiqué que le nombre d'Ivoiriens ayant fui au Liberia s'élevait à 22.000, pour la plupart des femmes et des enfants.
-0- PANA AA/SEG/FJG/JSG/IBA  07jan2011

07 janvier 2011 10:26:33




xhtml CSS