L'ONU sollicite l'aide des Etats membres pour sa mission au Darfour

New York- Etats-Unis (PANA) -- Les Nations unies ont encore demandé aux Etats membres de fournir la logistique nécessaire pour renforcer la mission conjointe de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (UNAMID), a appris la PANA auprès de l'organisation à New York.
"Plus d'un an après son déploiement, la force hybride Nations unies- UA souffre d'un manque criant de logistique, surtout en matière d'aviation", a indiqué le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport qu'il a préparé pour le Conseil de sécurité de l'organisation.
Une copie du rapport, transmise jeudi à la PANA à New York, indique que la mission hybride dans la région de l'ouest du Soudan déchirée par la guerre était à 60% des capacités pour lesquelles elle a été mandatée.
M.
Ban Ki-moon a souligné dans ce rapport que la mise à disposition de matériel sophistiqué particulièrement d'hélicoptères militaires reste essentielle pour faciliter la mobilité et augmenter la portée de la mission.
Il a également invité les Etats membres qui sont en mesure de "fournir ces ressources vitales" à le faire dans les meilleurs délais.
Faisant le bilan des opérations de la mission pour décembre-janvier, le Secrétaire général de l'ONU a indiqué que la mission actuellement déployée comptait 18.
000 hommes contre 31.
544 initialement mandatés.
Le patron des Nations unies a également fait remarquer que "malgré l'avancée significative notée dans le déplacement du matériel à l'aide de cinq avions affrétés et un pont aérien du Rwanda, la logistique demeure un problème pour l'effectivité des opérations de la mission".
"Le Darfour est ruiné par les offensives rebelles et les contre- attaques des forces gouvernementales, à savoir: les bombardements aériens, les batailles intertribales, la violence contre les civils, les attaques contre le personnel humanitaire, les crimes et attaques contre le personnel des Nations unies", a-t-il déploré.
Il a également ajouté que l'impact de la mission a été limité par les contraintes logistiques et l'insuffisance des équipements fournis.
Dans le même sillage, il déplore l'absence d'unités militaires de soutien telles que des unités de transport, une unité de reconnaissance aérienne, un hôpital de niveau 2, 18 hélicoptères utilitaires.
M.
Ban Ki-moon a également invité des pays comme le Burkina Faso, l'Ethiopie, le Sénégal, la Thaïlande et la Tanzanie à déployer rapidement leurs Bataillons d'infanterie, en appelant les autres pays pourvoyeurs de troupes à apporter le soutien nécessaire pour un tel déploiement.
"Cela pourrait contribuer à augmenter de manière significative les troupes de la mission, renforcer sa capacité de protection pour qu'elle puisse mener à bien ses principales tâches", a-t-il dit.
Résumant la situation sécuritaire qui prévaut au Darfour, le patron de l'ONU a déploré une "détérioration dramatique de la sécurité".
"L'escalade de la violence au Darfour a atteint un niveau tel qu'elle constitue plus un facteur favorisant la poursuite des combats, plutôt qu'un engagement ferme en direction des négociations de paix", a-t-il ajouté.
Le Secrétaire général de l'ONU a cependant insisté sur la nécessité pour les deux parties de fournir des efforts concertés pour parvenir à un accord de paix global.
Il a également fait remarquer que pendant la période de décembre- janvier, les négociations ont été compromises par les opérations militaires menées par les deux parties.
Il a précisé que le lancement d'un mandat d'arrêt par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir, accusé de crimes de guerre au Darfour, est également source d'inquiétude dans le pays et sur la scène internationale.

13 février 2009 09:19:00




xhtml CSS