L'ONU salue les nouveaux développements politiques au Burundi

Bujumbura- Burundi (PANA) -- La représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-unies au Burundi, Mme Carolyn Mc Askie, a exprimé vendredi à Bujumbura, sa satisfaction au lendemain de l'offre ferme du Front national de libération (FNL, rébellion) de déposer les armes et de négocier la paix avec le gouvernement burundais pour mettre un terme définitif à la violence dans le pays.
La réaction onusienne intervient à la suite des consultations engagées par le gouvernement tanzanien avec le FNL à Dar-Es-Salaam.
La mission des Nations-unies au Burundi (ONUB) a annoncé que d'autres partenaires extérieurs ont suivi les consultations de Dar-Es-Salaam en tant qu'observateurs, a précisé Mme Mc Askie au cours d'une conférence de presse vendredi à Bujumbura.
Elle a indiqué qu'aux termes des discussions de Dar-Es-Salaam, le FNL s'est engagé à déposer les armes et à négocier avec le gouvernement du Burundi pour mettre fin définitivement aux violences dans le pays.
Mme Mc Askie a également rappelé que le gouvernement du Burundi a déjà exprimé sa satisfaction face à ces nouveaux développements sur la scène politique nationale, tout en s'engageant à son tour à participer à des négociations de paix avec le FNL.
L'ONUB, tout comme l'ensemble des partenaires du Burundi, se félicite des nouveaux développements et considère qu'il s'agit-là d'un pas encourageant sur la voie du parachèvement d'une paix durable et de la réconciliation nationale.
L'ONUB "exprime ses félicitations au gouvernement tanzanien pour son rôle décisif dans cette étape et appelle les parties concernées à concrétiser sans délais les espoirs suscités par l'initiative".
Selon encore Mc Askie, "les Nations-unies saisissent cette occasion pour rappeler leur disponibilité et leur soutien constant au processus de paix, au peuple burundais et à sa classe politique dans leurs efforts pour mettre fin au cycle de violence et mettre sur pied des institutions démocratiques capables de soutenir le développement économique et la construction d'une société burundaise réconciliée avec elle- même".
On rappelle que le FNL reste la dernière des sept ex-rebellions encore active dans le pays, les accords de cessez-le-feu en vigueur ayant permis de ramener le calme dans 17 provinces du pays excepté celle de Bujumbura-Rural, frontalière avec la capitale burundaise où s'active encore le FNL.

15 avril 2005 12:50:00




xhtml CSS