L'ONU salue l'accord en faveur du référendum au Soudan

Addis Abeba- Ethiopie (PANA) -- L'envoyé des Nations unies au Soudan, Ashraf Qazi, a salué l'accord conclu entre les partis politiques soudanais pour la tenue d'un référendum sur l'indépendance du Sud Soudan.
Le National congress party (NCP) au pouvoir à Khartoum, et le Southern sudan's peoples liberation movement (SPLM) ont annoncé avoir conclu un accord sur les conditions de la tenue d'un référendum national sur l'indépendance du Sud Soudan.
Les partis politiques au Soudan affichaient des points de vue divergents sur les problèmes politiques majeurs qui devaient déterminer l'unité du Nord et du Sud.
L'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu au Soudan a salué la conclusion de l'accord entre le Sud Soudan et Khartoum sur la tenue du référendum national qui va déterminer si le Sud Soudan va continuer à faire partie du Soudan.
"L'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu a félicité le NCP et le SPLM pour la signature d'un accord permettant l'adoption d'une législation indispensable pour la tenue du référendum au Sud Soudan", a souligné un communiqué de l'ONU.
L'accord concerne le territoire autrefois convoité d'Abyei, qui va aussi organiser un référendum pour déterminer s'il fera partie du Sud Soudan ou de la partie Nord du Soudan.
M.
Qazi a également salué l'engagement des deux parties dans l'instauration d'un climat fraternel au cours de travaux et d'une ambiance positive pour l'application pacifique et réussie de l'Accord global de paix (AGP).
L'Accord global de paix, signé en janvier 2005, a joué un rôle important dans la fin de la guerre civile de 21 ans entre le Nord et le Sud du Soudan.
Il comprend les clauses relatives à l'indépendance du Sud Soudan après la fin d'une période d'intérim de six ans qui prendra fin en 2011.
L'accord a également essayé de mettre un terme à la querelle opposant Khartoum et le Sud Soudan sur le statut de la région pétrolifère d'Abyei.
Le désaccord a été partiellement réglé en 2009 par la résolution de la cour permanente des conflits à la Haye.
"Il reste beaucoup à faire, mais ce pas décisif devrait faciliter le reste du parcours", a estimé M.
Qazi.

14 décembre 2009 22:10:00




xhtml CSS