L'ONU rend hommage à ses mères fondatrices

New York, Etats-Unis (PANA) - L'Organisation des Nations unies a rendu hommage à ses mères fondatrices, en soulignant que les femmes ont joué un rôle déterminant au niveau de l'organisation depuis sa création en 1945, y compris dans le cadre du premier accord international proclamant l'égalité entre les Genres, en tant que droit humain fondamental: la Charte de l'ONU.

Un communiqué des Nations unies à New York, publié mardi, indique que de récents travaux universitaires soulignent que les délégués femmes des pays en développement, sous la bannière de Global South, ont joué un rôle important, en s'assurant que la Charte mentionne spécifiquement les droits des femmes. Et pourtant, sur les 850 délégués qui ont signé ce document historique, seulement quatre étaient des femmes.

S'exprimant dans le cadre d'une réunion intitulée: "Les femmes et les origines des Nations unies - un héritage du Sud", Maria Luiza Viotti, chef de Cabinet du Secrétaire général de l'ONU, a déclaré que même si l'organisation mondiale œuvrait pour l'égalité de nos jours, "il nous faut également nous rappeler notre histoire".

"Ce qui veut dire qu'il faut rendre hommage aux pionnières des premières années de lutte", a-t-elle ajouté.

La manifestation, qui honore les femmes des pays en développement qui ont défendu leurs droits il y a plus de sept décennies, permet non seulement de leur accorder la reconnaissance qui leur est due de longue date, mais également de corriger un récit historique incomplet, qui ne reflétait pas le rôle de femmes de pays comme le Brésil, la République dominicaine, l'Inde, le Mexique, le Pakistan, l'Uruguay et le Venezuela.

Mme Viotti a rappelé leur initiative de défense des droits des femmes et leur inspiration d'un changement mondial de la reconnaissance, à une époque où la plupart des pays à la Conférence de San Francisco de 1945, ne permettait même pas aux femmes de voter.

"Depuis lors, l'ONU a élaboré une série de lois et normes régissant les droits des femmes - des opportunités auxquelles elles peuvent accéder aux protections qui doivent leur être garanties", a-t-elle poursuivi, en notant que de nos jours l'organisation défendait la parité hommes-femmes non seulement à travers le monde, mais également en son sein.

"La lutte continue. Les lois et objectifs fixés sont essentiels. Mais, il faut des mesures plus tangibles pour faire de ces règles et droits une réalité", a conclu Mme Viotti.
-0- PANA MA/FJG/JSG/IBA 23mai2018

23 مايو 2018 07:52:49




xhtml CSS