L'ONU relance le débat sur une force de maintien de la paix au Darfour

Addis-Abéba- Ethiopie (PANA) -- Les Nations unies ont appelé à l'achèvement urgent du déploiement complet des troupes de la Mission de maintien de la paix commune ONU-Union africaine au Darfour (MINUAD) afin d'obtenir la stabilité dans cette région de l'ouest du Soudan, ravagée par la guerre.
La secrétaire générale adjointe de l'ONU pour l'Appui aux missions, Susan Malcorra, a indiqué que le déploiement urgent de toutes les composantes de cette force était nécessaire pour stabiliser la situation et faire face à la recrudescence des crimes dans la région.
Le gouvernement soudanais, l'ONU et l'Union africaine (UA) ont convoqué une réunion d'un groupe d'experts au plus haut niveau pour discuter des mesures à prendre pour réaliser le déploiement complet de la force de la MINUAD face à l'hostilité croissante au Darfour.
"La situation est très précaire.
Le plus rapidement nous nous déploierons, plus le rôle joué par la MINUAD sera essentiel.
Nous ne savons pas combien de temps cela nous prendra, il y a différents négociateurs qui tentent de s'assurer que nous parvenions à un accord de paix", a déclaré M.
Malcorra.
Selon elle, le retard apporté dans le déploiement de l'ensemble de la force de la MINUAD est une conséquence de la situation très difficile au Darfour, qui est aggravée par la distance entre le Darfour et Khartoum, la capitale soudanaise, et le fait que le Darfour soit une des régions les plus éloignées d'un port maritime.
"Le manque d'infrastructures au Darfour est un problème très compliqué", a-t- elle déclaré à Addis-Abeba lundi, après des discussions d'une journée sur l'opération de paix au Darfour.
Le Commissaire à la paix et la sécurité de l'UA, l'ambassadeur Ramtane Lamamra a présidé les réunions tripartites lundi, pour discuter de la situation sécuritaire au Darfour.
Des responsables de la MINUAD et des représentants du gouvernement soudanais ont assisté à la réunion.
"Nous avons eu des discussions techniques.
Le déploiement de la MINUAD a été très difficile, essentiellement en raison des défis qui se posent sur le terrain.
La distance de 2400 km entre Khartoum et le Darfour et le manque d'infrastructures dans cette région sont un problème très compliqué", a déclaré Mme Malcorra dans une conférence de presse après la réunion.
Cette réunion s'est tenue à un moment où l'on a assisté à une escalade des hostilités ce week-end, suite à une offensive lancée par le Mouvement justice et égalité (MJE), qui a repris le contrôle des zones précédemment occupées par le Mouvement de libération du Soudan (SLM).
Les combats entre les deux plus grands groupes au Darfour, qui ont vu le MJE reprendre le contrôle des zones occupées par le SPLA/L, autrefois l'organisation rebelle dominante dans la région, a empiré la situation humanitaire au Darfour, avant la reprise des pourparlers de paix.
Mme Malcarra a déclaré qu'il était urgent d'achever le déploiement des troupes de l'ONU et de l'UA au Darfour pour stabiliser la région et préparer l'application de tout accord de paix passé entre les diverses parties du conflit.
Elle a déclaré qu'une commission tripartite a été formée pour se pencher sur les questions allant du retard dans le déploiement complet de la MINUAD aux escortes des convois de secours et aux convois de la MINUAD pour les protéger des attaques.
"Nous avons formé cette commission tripartite pour réagir aux inquiétudes selon lesquelles nous ne faisions rien pour permettre le déploiement de la force.
Nous avons mis en place ce mécanisme tripartite pour discuter de questions très concrètes", a-t-elle ajouté.
"La situation sur le terrain est précaire et nous devons nous assurer que nous ayons une force solide sur le terrain pour aider à l'application de l'accord de paix et pour stabiliser la situation une fois que l'accord de paix sera passé", a poursuivi l'officielle onusienne.
Le Darfour reste instable six ans après le déclenchement d'une guerre initialement considérée comme une tentative des milices arabes "Djandjawids" de prendre le contrôle des ressources limitées sur le terrain en organisant des razzias et en déplaçant les populations locales.
"Nos efforts visent à s'assurer que tout soit fait pour que la MINUAD soit totalement déployée.
Les discussions politiques ont lieu dans un forum différent", a souligné Mme Malcarra.
Elle a ajouté que le Conseil de sécurité de l'ONU déterminerait combien de temps la MINUAD resterait sur le terrain au Darfour et que le travail des experts techniques était de s'assurer que cette force soit suffisamment solide pour remplir sa mission.

19 janvier 2009 22:58:00




xhtml CSS