L'ONU pour un renforcement de l'embargo militaire sur la Somalie

New York- Etats-Unis (PANA) -- Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé à une surveillance renforcée de l'embargo militaire contre la Somalie, en indiquant que son application stricte renforcerait la sécurité dans ce pays de la Corne de l'Afrique.
La Somalie est déchirée par des combats entre factions rivales et ne dispose pas d'un gouvernement central opérationnel depuis 1991.
Dans une résolution adoptée à l'unanimité samedi, le Conseil de 15 membres a prolongé d'une année supplémentaire le mandat du Groupe de surveillance de l'embargo mis en place pour la première fois il y a 16 ans.
Il a indiqué que la situation en Somalie constituait une menace pour la paix internationale et la sécurité dans la région et demandé à tous les pays, particulièrement ceux de la région, de s'abstenir de toute violation de l'embargo et de prendre toutes les mesures pour faire rendre des comptes à ceux qui ne le respecteraient pas.
Le Conseil a également invité le Groupe de surveillance à continuer à enquêter, en coordination avec les agences internationales compétentes, sur toutes les activités financières, maritimes et des autres secteurs, susceptibles de générer des revenus utilisés pour violer les embargos sur les armes.
Les autres moyens étant ceux de transports, les itinéraires, les ports maritimes, les aéroports et autres infrastructures utilisées dans le cadre de ces violations.
Le Conseil a également chargé le Groupe d'identifier les domaines dans lesquels les capacités des pays de la région peuvent être renforcées pour faciliter l'application de l'embargo militaire.
La résolution a été adoptée, comme par le passé, dans le cadre du Chapitre VII de la Charte de l'ONU, qui autorise l'usage de la force.
Elle a insisté sur l'importance du "renforcement et de la surveillance de l'embargo sur les armes en Somalie par des investigations persistentes et vigilantes sur ces violations, en gardant à l'esprit qu'une application stricte de l'embargo sur les armes va améliorer l'ensemble de la situation sécuritaire en Somalie".
La semaine dernière, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a informé le Conseil de sécurité sur la nécessité de renforcer la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) par des financements, un soutien logistique, la formation, la dotation en équipements nécessaires et par d'autres moyens.
Il a souligné qu'un soutien facilité par l'ONU et les Etats membres était actuellement "l'option réaliste pour tenter de ramener une certaine stabilité dans ce pays déchiré par la guerre".

21 décembre 2008 19:39:00




xhtml CSS