L'ONU entame un retrait partiel de ses troupes dans l'est de la RDC

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon a annoncé à Addis-Abeba, Ethiopie, dimanche que l'ONU allait retirer une partie de ses troupes de l'Est de la République démocratique du Congo dès qu'un plan de sécurité pour le désengagement serait soumis au Conseil de sécurité des Nations unies et approuvé par ce dernier.
"La présence de l'ONU dans l'Est du Congo est toujours requise, mais à la vérité nous ne souhaitons pas rester plus longtemps", a déclaré le Secrétaire général de l'ONU à des journalistes lors d'une conférence de presse en marge du sommet de l'Union africaine.
La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC) compte 20.
255 hommes dans ce pays.
Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, a déclaré que la crise en RDC pouvait être considérée comme une Troisième guerre mondiale en Afrique, avec l'implication de plusieurs pays africains dans ce conflit dans certaines régions de ce pays riche en minerais.
La Force de l'ONU en RDC a un budget approuvé de 1,3 milliard de dollars US.
Elle a été vivement critiquée pour sa non-protection des civils dans des régions de la RDC, où les groupes rebelles continuent à harceler les populations.
"Il est clair que nous parlons d'un calendrier pour la reconfiguration et une éventuelle réduction de nos troupes", a déclaré l'émissaire spécial des Nations unies, Alan Doss.
"Mais le gouvernement congolais continue à demander de l'aide".
M.
Doss a indiqué que l'ONU enverrait une équipe d'experts pour évaluer le nombre de troupes nécessaires sur le terrain comme première étape du retrait des troupes de l'ONU de ce pays.
Il a révélé que M.
Ban présenterait un nouveau plan au Conseil de sécurité des Nations unies.
Ce nouveau plan envisageant le retrait de certaines troupes de la RDC.
Le président Kabila a demandé aux Nations unies d'envisager de retirer ses troupes de son pays, pour permettre à l'armée congolaise de prendre le contrôle de la sécurité dans le pays.
M.
Ban Ki-moon a également estimé que le plan de désengagement des troupes était également essentiel alors que la RDC se préparait à des élections en 2011.
Les responsables de l'ONU ont indiqué que le gros du travail en matière de sécurité et de protection des civils en RDC était actuellement entre les mains de l'armée nationale congolaise, même si l'aide de l'ONU était souvent sollicitée.

01 février 2010 10:56:00




xhtml CSS