L'ONU célèbre le pouvoir de l'activisme lors de la Journée internationale de la femme

New York, Etats-unis (PANA) - Les battements des tambours pour les droits des femmes et l'autonomisation ont atteint un crescendo jeudi, alors que les Nations unies célébrait la Journée internationale de la femme avec un certain nombre d'événements forts, où les activistes mondiaux ont rejoint les hauts responsables de l'Organisation mondiale et ont appelé à la récente dynamique générée par la base des mouvements contre la discrimination et le harcèlement pour faire pencher la balance vers un changement durable.

Ni una mas en Amérique latine, Balance ton porc en Europe, Bring Back our Girls en Afrique de l’Ouest, Times Up en Amérique du Nord, #HeForShe et #MeToo dans presque tous les pays, ne sont que quelques-unes des campagnes qui ont ajouté seulement de la force à la force, a déclaré Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, la directrice exécutive d’ONU-femmes, entité de l’Organisation pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

"Nous célébrons aujourd'hui le pouvoir de l'activisme pour apporter des changements à toutes les femmes, leur solidarité et la fraternité de l'humanité", a ajouté le haut responsable de l'ONU.

Un communiqué de l'ONU a déclaré qu'à côté de Mme Mlambo-Ngcuka dans la salle de l'Assemblée générale, l'actrice et productrice américaine, Reese Witherspoon, a souligné que le mouvement pour les droits des femmes continuera jusqu'à ce qu'il atteigne ses objectifs.

"Comprenez que nous ne partirons pas, que nous ne nous tairons pas, nous voulons nous voir représenter 50/50", a déclaré l'actrice aux oscars.
"Nous défendrons les femmes qui sont à côté de nous".

L'actrice et dramaturge Americano-zimbabwéenne, Danai Gurira – qui, en plus de dépeindre Michonne dans la série TV « The Walking Dead » et «Okoye» dans la superproduction Black Panther – est également une enseignante réputée et défenseur des droits de la femme, et elle a témoigné au sujet de sa propre expérience en tant que femme dans sa carrière professionnelle.

"J'ai tiré la force [pour mes personnages] des femmes de ma propre vie au Zimbabwe", a-t-elle déclaré.

Le potentiel des filles et des femmes ne doit pas être gaspillé, a ajouté Mme Gurira, remerciant ceux qui se battent pour les droits des femmes et demande instamment à beaucoup d’autres à se joindre en prenant position.

Dans la même veine, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a exprimé que la demande pour mettre fin aux pratiques abusives et aux attitudes discriminatoires à l’égard des femmes est quelque chose que chaque homme et garçon «raisonnable» devrait désirer.

«Parce que l’égalité des sexes est un droit humain fondamental [et] qu'il n’y a aucun meilleur chemin vers un monde plus pacifique et plus prospère que l’autonomisation des femmes et des filles», a-t-elle déclaré.

«L’inégalité, la discrimination et la violence basées sur le sexe contre les femmes nous font tous mal », a ajouté le chef de l’ONU, notant une preuve accablante qu’investir dans les femmes est le moyen le plus efficace pour développer les collectivités, les entreprises et les pays.

Dans ses remarques, M. Guterres a également souligné l'importance que la participation des femmes apporte aux sociétés et aux économies. Il a cependant ajouté que si beaucoup de choses ont été accomplies depuis la première commémoration de la Journée internationale (en 1975), des défis demeurent.

«Encore faut-il rompre les barrières structurelles auxquelles les femmes et les filles font face – travail mal rémunéré, inégalité des salaires, des stéréotypes nuisibles, une discrimination et de la violence», a-t-il souligné, réitérant son appel à tous pour exiger l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes en même temps.

S'exprimant également jeudi, Miroslav Lajčák, le président de l'Assemblée générale de l'ONU, a souligné que de nombreux efforts avaient été déployés pour assurer l'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes, mais a ajouté qu'il restait beaucoup à faire.

"Pour chaque femme qui jouit de ses droits humains, il y a trop d'autres qui se battent pour leur propre sécurité, et beaucoup d'autres vivent dans la peur", a-t-il déclaré.

Il a exprimé que le monde doit redynamiser l'accent mis sur le genre et que l'ONU doit montrer la voie.

"Nous ne pouvons plus appeler à l'égalité des sexes sans suivre nos appels avec des actions. Nous ne pouvons plus nous exprimer en faveur des droits des femmes sans en parler encore plus fort même lorsqu'ils sont violés et nous ne pouvons plus convenir que des actions sont nécessaires sans les entreprendre nous-mêmes », a ajouté le président de l'Assemblée.

Sous le thème «Le moment c'est maintenant», la Journée internationale de la femme 2018 célèbre le travail des activistes ruraux et urbains qui ont transformé la vie des femmes dans le monde.

En plus d’événements au siège de l’ONU à New York, la Journée internationale a également été célébrée dans tous les coins du globe avec un certain nombre d’événements, notamment des forums, des marathons, des concerts et des projections vidéo.

Elle survient également à la veille de la 62ème session de la Commission sur la condition de la femme, le corps politique mondial dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, qui se tiendra du 12 au 23 mars.
- 0 -PANA MA/MTA/BEH/SOC 09mars2018

09 mars 2018 20:45:35




xhtml CSS