L'ONU balise le terrain pour sa mission au Darfour

New York- Nations unies (PANA) -- Le Conseil de sécurité de l'ONU a initié une première action en lançant un appel pour le déploiement immédiat d'une mission technique au Darfour en vue de prendre le pouls de la situation en vue de la prochaine mobilisation de la force onusienne de maintien de la paix au Soudan.
Pour montrer l'urgence de la situation, le Conseil de sécurité a adopté mardi à l'unanimité une résolution invitant la Commission d'évaluation mixte de l'ONU et de l'Union africaine à se déployer d'ici une semaine.
Le Conseil a aussi demandé au secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, de soumettre ses recommandations au sujet du mandat de la Mission de l'ONU au Darfour avant le retour de la mission d'évaluation prévue dans une semaine au plus tard.
Le gouvernement du Soudan s'oppose au déploiement de la Mission de maintien de la paix de l'ONU au Darfour et avait auparavant rejeté la demande de cette institution d'envoyer une mission d'évaluation, signifiant sa préférence pour le soutien en faveur de la mise en œuvre de l'accord de paix du Darfour une fois signé.
En dépit de l'accord de paix signé au début de ce mois entre le gouvernement soudanais et le principal groupe rebelle, Khartoum refuse encore la présence de forces onusiennes de maintien de la paix sur son territoire.
La résolution du Conseil a été renforcée par un communiqué du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) invitant à une action urgente pour transformer la Mission africaine au Soudan (AMIS) en force de maintien de la paix de l'ONU pour aider à mettre en œuvre l'accord de paix.
La position prise lundi par l'UA sonne comme un soutien au Conseil de sécurité de l'ONU dans sa recherche de consensus autour de la résolution de mardi.
La Chine qui soutenait la position du gouvernement soudanais sur la question du Darfour estime que son vote en faveur de la résolution est juste un soutien politique pour l'UA.
Mais le représentant de la Chine, présent à la réunion du Conseil, a souligné que l'opération de maintien de la paix de l'ONU au Darfour doit toutefois avoir le consentement et la coopération du gouvernement soudanais.
Avant la transition entre les deux forces, le Conseil a invité mardi l'ONU et l'UA à s'accorder sur les actions nécessaires au renforcement des capacités de l'AMIS pour une meilleur gestion du dossier de la sécurité dans l'accord de paix au Darfour.
Le Conseil a en outre demandé aux signataires de respecter leurs engagements et de collaborer avec l'ONU, l'UA, les organisations internationales et les Etats membres pour accélérer le remplacement des forces africaines par celles de l'ONU.
Pendant ce temps, le Conseil a demandé aux parties qui n'ont pas signé l'accord de paix de rejoindre, sans plus tarder, les rangs sous peine de subir des sanctions, notamment une interdiction de voyager et le gel des biens.
Le Conseil a déjà sanctionné quatre personnes, notamment un responsable du gouvernement et des leaders rebelles qui travaillaient au détriment de l'accord de paix.

17 mai 2006 23:03:00




xhtml CSS