L'OMS annonce que la Sierra Leone ''tend vers le dernier palier'' de la transmission d'Ebola

Kigali, Rwanda (PANA) - L'utilisation d'équipes de réponse rapide et la forte participation de la communauté dans la découverte des cas de maladie à virus Ebola et des contacts portent leurs fruits en Sierra Leone, indique le nouveau rapport publié lundi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le rapport publié à l'issue d'une semaine épidémiologique passée sans aucun nouveau cas de maladie d'Ebola enregistré pour la première fois depuis le début de l'éruption en Sierra Leone, la réponse contre Ebola s'est maintenant déplacée vers "la phase 3" et met l'accent sur le dépistage de chaque chaîne de transmission virale et la fermeture des chaînes restantes le plus rapidement possible.

"Ce sont de très bonnes nouvelles, mais nous devons continuer à effectuer ce travail intensif avec les communautés pour identifier d'éventuels nouveaux cas et arrêter rapidement toute transmission du virus d'Ebola", a déclaré le Dr Anders Nordstrom, Représentant de l'OMS en Sierra Leone.

La Sierra Leone fait face maintenant, selon l'OMS, à une simple chaîne de transmission qui avait débuté dans la capitale Freetown, mais avait provoqué de nombreux cas à Tonkolili, dans la région nord du pays.

Le dépistage efficace des chaînes de transmission signifie trouver toute personne qui a été en contact avec quelqu'un dont l'infection au virus d'Ebola a été prouvée, la suivre étroitement pour détecter des symptômes pendant 21 jours et l'acheminer rapidement vers un centre de traitement si tel est le cas, indique le rapport.

A Tonkolili, un jeune homme qui a travaillé à Freetown, mais se rend à chaque fin de mois dans son village natal pour apporter le ravitaillement et la dépense à sa nombreuse famille, est mort à un hôpital où il était traité pour paludisme. Comme pour tous les morts, pour s'assurer qu'aucun cas d'Ebola n'est ignoré, un prélèvement a été effectué et il a été testé positif à la maladie d'Ebola.

Tonkolili n'a pas enregistré de cas de maladie à virus Ebola pendant plus de 150 jours, mais les leçons apprises pendant l'éruption en décembre 2014 n'ont pas été oubliées. Le gouvernement, l'OMS et d'autres partenaires internationaux de l'ONU ont envoyé une équipe de réponse rapide dans la localité et a travaillé avec le chef de village et le groupe de travail du village pour identifier et contrôler tous ceux qui avaient été en contact avec le jeune homme.

Le village entier de Massessehbeh a été alors mis en quarantaine pendant 21 jours, tout comme l'Hôpital Masenga où le jeune homme a succombé. Un approvisionnement en eau a été établi dans le village et la nourriture est quotidiennement fournie. Des travailleurs psycho-sociaux et des agents de mobilisation sociale ont fourni des informations et l'assistance, tandis que les traceurs de contact ont suivi tout le monde au quotidien pour détecter des symptômes d'Ebola.

Deux autres personnes, tous membres de la famille du jeune homme, ont développé des symptômes et ont été testés positifs à la maladie du virus d'Ebola. Ils ont été suivis dans un Centre de Traitement d'Ebola dirigé par le Corps Médical International (International Medical Corps, IMC). Là-bas, ils ont été pris en charge par une équipe qui comportait des survivants d'Ebola; ceux-ci ont fourni une énorme assistance physique et psychologique dont les malades avaient  besoin. Ils sont maintenant tous les deux en convalescence.

Vendredi dernier, 595 personnes ont été libérées de la quarantaine à Tonkolili. Parmi elles, des membres de la communauté et des patients, des femmes enceintes, des infirmières, des médecins entre autres personnels 21 jours après. Plus tard le même jour, une cérémonie officielle a été organisée à Massessehbeh au cours de laquelle le président de la Sierra Leone a officiellement coupé le ruban de la quarantaine.

Des villageois joyeux ont franchi le ruban de la quarantaine, des femmes, main dans la main, ont dansé le long de la route, des enfants ont marqué la mesure avec des bouteilles remplies d'eau au rythme des chants et des danses.

Cependant, l'occasion n'était pas joyeuse pour tout le monde; environ 43 personnes restent encore en quarantaine jusqu'à la fin de cette semaine; 38 autres personnes sont en quarantaine à Freetown jusqu'au 29 août, indique le rapport.
-0- PANA TWA/VAO/ASA/TBM/SOC 17août2015

17 août 2015 20:45:58




xhtml CSS