L'EUFOR pourrait tirer sur les rebelles tchadiens

Bruxelles- Belgique (PANA) -- Les soldats européens tireront sur les rebelles tchadiens s'ils sont attaqués, mais n'interviendront pas en cas d'affrontements entre troupes gouvernementales et insurgés, a déclaré, mardi, le général irlandais, Patrick Nash, commandant en chef de l'EUFOR-Tchad-Centrafrique.
Au cours d'une conférence de presse mardi à Bruxelles, le général Patrick Nash, qui a reçu lundi l'ordre du Conseil des ministres des Affaires étrangères réuni à Bruxelles, de procéder au déploiement de la mission militaire européenne dans ces deux pays, a, par ailleurs, fait savoir que les troupes européennes ne traverseront pas la frontière tchadienne pour poursuivre des milices Djandjawids au Soudan.
Sur la mission des soldats de l'EUFOR, il a indiqué qu'ils ont pour tâche, de contribuer à la protection des civils en danger, de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire et d'assurer la protection du personnel de l'ONU, ainsi que des organisations humanitaires.
Le premier état-major de l'EUFOR sera basé au Mont-Valérien en France et le second à Abéché au Nord du Tchad.
La base logistique de l'EUFOR sera située dans la capitale tchadienne, où une zone spéciale sera aménagée à l'aéroport international de N'Djamena, pour la mission militaire européenne.
Les soldats européens disposeront de 5 campements à N'Djamena, à Abéché, Goz Beida, Farchana, Iriba, et Birao (Centrafrique).
L'EUFOR disposera en son sein d'une force de réaction rapide disposant d'hélicoptères et avions légers tactiques pour intervenir dans les délais les plus courts en cas de besoin.
La force européenne préparera le terrain pour le déploiement de la MINURCAT, la mission civile de l'ONU qui sera constituée de 350 agents chargés d'encadrer 850 policiers tchadiens qui entoureront les camps des réfugiés soudanais et des déplacés tchadiens.
Les effectifs militaires sont au total de 3.
700 soldats fournis par 14 nations européennes.
Chaque pays contributeur est chargé de transporter ses soldats jusqu'au Tchad.
Le budget des coûts communs de l'EUFOR-Tchad/Centrafrique s'élève à 119,6 millions d'euros, a dit le général Patrick Nash.
Les troupes seront commandées par le général Patrick Nash, basé au Mont Valérien en France et par le général de brigade français Jean-Philippe Ganascia, qui, lui, commandera les troupes sur le terrain à partir d'Abéché au Tchad.
Le général Nash a tenu de souligner que la mise en place de l'EUFOR s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de mesures visant à renforcer l'engagement de l'Union européenne à soutenir une solution durable à la crise du Darfour au Soudan.
Ces mesures visent notamment un soutien accru aux efforts de l'Union africaine (UA) et de l'ONU pour relancer le processus politique en vue d'une solution durable au Darfour.
Ces mesures visent en outre l'accélération de la mise en place de l'opération hybride UA/ONU (UNAMID) au Darfour et à une mobilisation accrue afin d'assurer le financement de l'aide humanitaire.
A cet égard, l'ambassadeur Torben Brylle, Envoyé spécial de l'Union européenne au Soudan, présent à la conférence de presse, a fait savoir que l'Union européenne participe aux négociations en cours avec l'ONU et l'UA pour rassembler les moyens logistiques nécessaires permettant le déploiement sur le terrain au Soudan de l'UNAMID.

29 janvier 2008 18:14:00




xhtml CSS