L'Angola uniformise les programmes de l'Enseignement supérieur public et privé

Luanda, Angola (PANA) – Le gouvernement angolais travaille sur une proposition de loi visant à uniformiser les programmes d’études des institutions publiques et privées de l’Enseignement supérieur, a annoncé une source officielle à Luanda mardi.

Cette mesure vise à améliorer la qualité de l’enseignement et la mobilité des enseignants et des apprenants dans le pays, selon le ministre par intérim de l’Enseignement supérieur, António Miguel André.

S’exprimant à l’ouverture de la première rencontre d’audience publique sur la proposition de loi qui établira les normes générales des études de l’Enseignement supérieur, le ministre a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’uniformiser les programmes d’études et d’enlever la créativité des institutions, mais seulement de créer une seule base pour toutes les institutions d’Enseignement supérieur.

"Il y a plusieurs institutions de l’Enseignement supérieur publiques ou privées. Le pays est en train de se développer, ce qui signifie qu’il a beaucoup d’étudiants, de professeurs et de travailleurs", a-t-il indiqué.

M. António André a expliqué qu’avec cette mesure, on veut corriger “les différences colossales” qui existent actuellement entre les mêmes cours des institutions de l’Enseignement supérieur, concernant les disciplines et la charge horaire.

Selon lui, il existe actuellement dans le pays des cours avec différents programmes, différentes charges horaires et des disciplines diamétralement opposées, en ne respectant aucune base.

Ainsi, a-t-il indiqué, les institutions de l’Enseignement supérieur ont des difficultés pour ce qui est de la mobilité ou du transfert, “car il n’y a pas de programmes d’études uniformes pour les cours”.

Le ministre a annoncé que pour l’élaboration de la nouvelle proposition, une commission formée de professeurs titulaires de différentes universités ou institutions supérieures a été créée.

L’Angola a actuellement 14 institutions d’Enseignement supérieur, dont huit universités et huit instituts supérieurs et près de 40 établissements privés, dont des universités et instituts, à grande majorité concentrés dans la capitale, Luanda.

Entre-temps, plus de 120 demandes d’agréments attendent au ministère de l’Enseignement supérieur pour ouvrir de nouvelles institutions privées, selon le ministre par intérim.
-0- PANA ANGOP/IZ/CJB/BEH/IBA/SOC 02août2017

02 août 2017 17:25:33




xhtml CSS