L'Angola estime "inopportun" un gouvernement de l'Union

Accra- Ghana (PANA) -- Le chef d'Etat angolais, José Eduardo dos Santos, a réaffirmé, mardi, que son pays jugeait "inopportun, en ce moment", un changement des institutions africaines en vue de la formation d'un seul gouvernement à l'échelle continentale.
Cette position est la contribution du président angolais au Grand débat sur le gouvernement de l'Union lue par son ministre des Relations extérieures, Joao Miranda, au 9ème sommet de l'Union africaine qui se déroule dans la capitale ghanéenne, Accra, du 1er au 3 juillet 2007.
Le président angolais, représenté au sommet par son ministre des Relations extérieures, a reconnu qu'il y a des insuffisances dans le fonctionnement de l'UA et que les objectifs fixés "n'ont pas été atteints dans le temps qu'il fallait".
"Les critiques sur l'organisation ont augmenté et les institutions de l'Union africaine sont considérées comme inefficaces et inadaptées à la réalité actuelle", a-t-il indiqué, expliquant, toutefois, que le temps passé depuis la création de l'UA est "très court" pour faire une évaluation sérieuse et arriver à des conclusions finales sensées.
Selon M.
dos Santos, au lieu des changements radicaux conduisant à la révision de la Convention qui établit l'UA comme recommandée par certains à cause de son évaluation négative, on devrait maintenir sa nature d'association des Etats souverains qui vise la réalisation des objectifs communs, comme stipulé dans l'Acte constitutif.
Dos Santos propose aussi qu'on définisse avec plus de clarté le rôle de chaque niveau organique dans la structure de l'organisation, notamment concernant l'exercice plein de la souveraineté par les Etats membres dans leurs territoires respectifs et les blocs régionaux comme groupements d'Etats souverains engagés dans la concertation et l'harmonisation des politiques afin de concrétiser les objectifs sub-régionaux communs associés à ceux de l'UA.
Un autre niveau organique cité par le président angolais est celui se référant à l'Union africaine comme entité chargée de réaliser la concertation et l'harmonisation des politiques et de conduire la coopération et la solidarité, en appuyant les sous- régions et les Etats.
D'autre part, le leader angolais a déclaré que l'on doit définir un mandat clair des présidents de l'UA et de la Commission de l'UA et charger ce dernier à présenter, dans six mois, les projets de restructuration de la Commission, du programme d'action et du budget de l'Union.
Plus de 30 chefs d'Etat et de gouvernement assistent au sommet de l'UA à Accra, consacré à la création d'un gouvernement africain.

03 juillet 2007 15:59:00




xhtml CSS