L'Algérie plaide pour la prise de mesures nécessaires à la protection de l'enfant africain

Alger, Algérie (PANA) - Les participants à la journée d'information sur ''l'enfant africain à l'ombre des conflits et des crises'' ont appelé, jeudi à Alger, à la nécessité d'accorder davantage d'intérêt à l'enfant et à renforcer les efforts visant à le protéger des conflits armés et des crises à travers la mise en place d'une charte pour la paix.

Prenant la parole à cette occasion, le ministre algérien de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine, Mounia Meslem dont la journée est organisée par son département, a affirmé qu'en dépit de l'existence d'une charte africaine des droits de l'enfant depuis juillet 1990 qui appelle à préserver l'intérêt suprême de l'enfant, l'Afrique souffre encore des affres de l'exploitation et de la marginalisation vu la situation difficile que vit l'enfant.

Mme Meslem a indiqué, à cet égard, que vu la situation désastreuse dont souffre de nombreux enfants du continent, l'Algérie a choisi de célébrer la journée de l'enfant africain sur le droit international et humanitaire et ses perspectives au profit de l'enfant pour lui permettre de jouir de ses droits légaux, sur la base de l'article 22 de la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant qui exhorte les pays membres à prendre toutes les mesures nécessaires à la protection de l'enfant des conflits armés.

L'Algérie a choisi d'avancer vers l'élaboration d'une charte pour la protection des droits de l'enfant et l'enseignement de la culture de la paix, en attendant de la soumettre sur la scène africaine, la paix étant ''un élément-clé'' pour protéger l'enfant d'une part et réaliser un développement durable dans le continent africain d'autre part.

Le ministre a estimé que les enfants constituaient désormais une ''arme privilégiée dans les conflits'' à travers le recrutement de cette catégorie dans les groupes extrémistes et terroristes, ce qui induit des répercussions sur le triple plan psychologique, social et sanitaire.

Mme Meslem a plaidé pour la nécessaire prise en charge des enfants victimes de conflits armés, d'exploitation économique et de traite d'humains, soulignant l'importance que les ''parties concernées assument leurs responsabilités dans un cadre organisé et humanisé''.
-0- PANA AD/IN/IS/IBA 17juin2016

17 juin 2016 11:07:18




xhtml CSS