L’Afrique soutient la candidature du Djiboutien Rachad Farah au poste de DG de l’UNESCO

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) – Le 20ème sommet de l’Union africaine (UA) a apporté lundi à Addis-Abeba, en Ethiopie, le soutien de l’Afrique à la candidature du Djiboutien Rachad Farah au poste de directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) qui sera pourvu en octobre prochain.

Dans une résolution spéciale, le sommet de l'UA,  qui a pour thème principal "Panafricanisme et renaissance africaine", a appelé les pays du continent à tout mettre en œuvre pour assurer le succès de la candidature de M. Farah au poste de DG de l’UNESCO.

Actuel ambassadeur de Djibouti à Paris et auprès de l’UNESCO, M. Farah a exprimé sa gratitude envers les dirigeants  africains aussitôt la résolution adoptée, sur proposition de l’Ouganda, au nom de l'Autorité  intergouvernementale pour le développement des pays d’Afrique de l'Est (IGAD).

"Je porte désormais une lourde responsabilité après cette investiture comme candidat de l’Afrique à ce poste; je porte l’espoir de tout un continent. Fort de cette confiance, je vais envisager les prochaines étapes de ma candidature, notamment solliciter le soutien de la Ligue arabe lors de la conférence ministérielle de l’organisation prévue en mars prochain", a déclaré aux journalistes M. Farah dans les couloirs du 20ème sommet de l'UA.

"Bénéficiant déjà du soutien unanime des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), je compte demander le soutien de l’Asie, de l’Amérique, de l’Europe et des Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Le diplomate djiboutien a par ailleurs souligné  l’importance  de l’UNESCO pour un continent comme l’Afrique confrontée à des conflits armés qui retardent l’éducation et à des défis de développement.

"Je souhaite faire revenir l’UNESCO à ses fondamentaux. Pour moi, l’éducation est une condition sine qua none du développement. Il faut même envisager des Casques bleus de l’UNESCO pour rendre possible l’éducation des filles et des garçons, notamment dans les zones de conflit", a insisté l’ambassadeur de Djibouti à Paris.

Le candidat de l’Afrique sera opposé, entre autres, à la Bulgare Irina Bokova qui brigue un second mandat de 4 ans à la tête de l’agence onusienne.

Après le filtre des 58 membres du Conseil exécutif de l’UNESCO représentant toutes les régions du monde, une seule candidature sera proposée à la Conférence générale de l’organisation prévue en octobre prochain.

-0- PANA SEI/TBM/IBA  28janvier2013


28 janvier 2013 16:09:17




xhtml CSS