L'Afrique peut surmonter ses problèmes, selon Obasanjo

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le président Olusegun Obasanjo du Nigeria a insisté, dimanche, sur le fait que les pays africains peuvent venir à bout de l'explosion démographique, des réformes foncières, de la gestion des finances et de l'ethnicité si le continent est uni dans son approche et déterminé à s'attaquer à ces problèmes.
Ces problèmes sont parmi les défis critiques auxquels font face les pays africains, qui ont accepté de subir une auto-évaluation interne.
M.
Obasanjo a exhorté les pays africains à rejoindre le nouveau Mécanisme de revue par les Pairs (APRM), un code de bonne gouvernance continentale qui vise à améliorer le futur du peuple africain.
"Cette évaluation par les Pairs n'entend pas trouver des coupables et des fautes.
Il ne s'agit pas d'un forum répressif mais d'un moyen pour les pays de s'engager les uns envers les autres à partager leurs forces et faiblesses", a-t-il déclaré, à l'ouverture d'un mini-sommet spécial sur le Mécanisme d'évaluation par les Pairs du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).
La distribution des richesses, les problèmes de Genre et la gestion de l'ethnicité sont des questions majeures, a encore dit le chef de l'Etat nigérian, ajoutant que ces problèmes d'ordre général ont un impact important sur la qualité de la gouvernance.
Les dirigeants réunis avant le huitième sommet ordinaire de l'Union africaine pour analyser les progrès réalisés en matière de bonne gouvernance depuis le dernier sommet de Banjul ont souligné que les points faibles trouvés dans le cadre de l'évaluation des différents Etats devraient être compilés dans un catalogue, en vue d'apporter des améliorations.
Le président Obasanjo, qui doit quitter ses fonctions cette année, a dit que la revue par les Pairs réalisée au Ghana, au Kenya et au Rwanda avaient montré que l'Afrique peut surmonter ses problèmes.
Il a affirmé que le processus d'évaluation avait révélé des disparités "flagrantes" en termes de distribution des richesses au Kenya, le problème de la croissance démographique explosive au Rwanda, qui est également confronté à des défis liés au pluralisme politique.
Le MAEP est un processus initié par les fondateurs du NEPAD, parmi lesquels, le président sud-africain Thabo Mbeki, Abdoulaye Wade du Sénégal et Olusegun Obasanjo, pour montrer que l'Afrique était déterminée à réaliser une auto-évaluation interne en vue de créer la confiance dans ses dirigeants.
Le Rwanda a été le premier des 25 pays, à signer l'auto- évaluation interne, pour passer le test.
M.
Obasanjo a, par ailleurs, informé le mini-sommet que le Rwanda apparaissait comme un leader en matière d'intégration du Genre et que son expérience serait bénéfique à tous les autres membres.
Le Rwanda, a noté M.
Obasanjo, manquait de moyens pour faire face aux réformes foncières.
Le même problème a été signalé au Kenya et au Ghana, qui se heurtent également aux questions de Genre.
Le Kenya est également aux prises avec des politiques ethniques.
Par ailleurs, M.
Obasanjo a exhorté les 25 membres du MAEP à apporter chacun, les 100.
000 USD qu'ils avaient accepté de contribuer à Abuja, au Nigeria.
"C'est une somme dérisoire pour tous les pays participants", a-t- il noté.

28 janvier 2007 13:08:00




xhtml CSS