L'Afrique francophone enregistre le plus bas taux de prévalence contraceptive en Afrique

Dakar, Sénégal (PANA) - Le directeur général de Intrahealth International, le Sénégalais Pape Gaye, a révélé lundi à Dakar que la région d'Afrique francophone reste la moins avancée en matière de planification familiale (PF) avec un taux de contraception moderne de moins de 10 pour cent.

S'exprimant à l'occasion de la cérémonie de la 3ème rencontre annuelle de Urban Health reproductive initiative (URHI) axée sur le thème "Accès à une planification familiale de qualité : soutien des droits des femmes et des jeunes filles à l’accès aux informations et aux services", M. Gaye a estimé que le projet de l'initiative sénégalaise de santé urbaine vise à améliorer la qualité de vie des populations urbaines les plus démunies de son pays à travers l'augmentation de l'accès, de la qualité et l'utilisation des services de PF.

L'UHRI est un programme mis en œuvre par Intrahealth international dans 4 pays : le Nigeria, l’Inde, le Kenya et le Sénégal qui est le seul francophone.

Il a indiqué que l'objectif de la rencontre de cinq jours permettra de faire progresser l’apprentissage et les contributions des participants vers la réussite globale de l’Initiative, mettre en valeur les innovations en termes de stratégies fondées sur les données et d'activités liées aux programmes, ainsi que l'engagement fructueux des intervenants afin d’obtenir des améliorations significatives des taux de prévalence contraceptive, mais également, de renforcer la vision commune de l’Initiative afin de développer une solide base de données et de connaissances.

Selon lui, des efforts louables ont été faits pour faciliter aux utilisatrices les services de santé de la reproduction en général et de la PF en particulier, ajoutant que ces efforts sous-tendus par des résultats d'enquêtes de base, de cartographie et d'évaluation de la chaîne d'approvisionnement ont comblé l'insuffisance des données sur des questions majeures de santé de la reproduction dans le milieu urbain.

Pour le secrétaire général du ministère de la Santé et de l'Action sociale du Sénégal, Moussa Mbaye, c'est dans le cadre de la relance de la PF en vue d'atteindre les Objectif du millénaire pour le développement (OMD) que son le gouvernement s'est fixé l'objectif  de mettre 350.000 nouvelles femmes sous méthode contraceptive moderne d'ici 2015.

Il a souligné que dans le cadre du repositionnement de la PF, le Sénégal déployé d'importants efforts, consistant à accroître la ligne budgétaire allouée à la santé de la reproduction et à la PF, soulignant que ce sont des signaux forts de l'engagement politique des pouvoirs publics à repositionner la PF dans le sens de la politique globale de la santé.

M. Mbaye a toutefois précisé que malgré ces importants progrès, beaucoup de femmes continuent encore de perdre la vie en Afrique subsaharienne à cause de complications liées à la grossesse et à l'accouchement, estimant que ces décès peuvent être évités si les femmes ont accès à des soins simples, efficaces et acceptables.

-0- PANA DOU/TBM /SOC10juin2013

10 juin 2013 18:55:14




xhtml CSS