L'Afrique en quête d'une plus grande production agricole

Accra- Ghana (PANA) – Booster l'agriculture en Afr-ique était au premier rang des priorités à l'occasion de la réunion stratégique et consultative de deux jours du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement (CORAF) qui s'est ouverte jeudi à Accra avec la participation des experts issus des universités, des organisations de recherche scientifique et décideurs politiques.
La production agricole africaine demeure faible et avec plus de 70% de la population qui y vivent, la faible performance du secteur est un indicateur majeur de la pauvreté qui frappe le continent.
La rencontre qui se tient dans le cadre de la mise en oeuvre des nouveaux programmes résultant du processus de révision du plan stratégique, vise à partager les informations et trouver un consensus sur les stratégies agricoles en vue de réduire la pauvreté.
Elle redéfinira éventuellement les opérations du CORAF en tant qu'organisation sous-régionale viable pour la coopération agricole scientifique en Afrique.
Le président du CORAF, le professeur Emmanuel Owusu-Bennoah, a déclaré à Accra que la réunion prendra en compte les suggestions et préoccupations finales des participations et experts de la sous-région.
"De cette rencontre sortira un plan stratégique révisé sur lequel s'appuiera la préparation de deux importants programmes de développement recherche, notamment le Programme de productivité agricole en Afrique de l'Ouest (WAAP) et le Programme productivité agricole en Afrique centrale (CAPP)", a-t-il déclaré.
M.
Owusu-Bennoah a déclaré que l'atelier, le septième et dernier aboutira sur un plan opérationnel de développement basé sur les priorités définies dans le cadre de nouveau plan stratégique.
"Notre souhait est de travailler pour faire en sorte que la recherche et la production agricole représentent 6% du Produit intérieur brut (PIB) de nos pays membres.
Avec cela nous tendrons vers une auto-suffisance alimentaire durable dans la sous-région.
L'impact de la recherche agricole pourra être mesuré sur le dégré de solution des préoccupations des cultivateurs par rapport aux résultats de la recherche et l'amélioration sur leur niveau et condition de vie.
Il a par conséquent invité les experts et scientifiques de la sous-région à adopter un changement radical vis-à vis de la recherche s'ils veulent atteindre certains objectifs et faire contribuer l'agriculture beaucoup plus qu'actuellement.
Le secrétaire exécutif du Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA), le professeur Monty Jones est optimiste que les différentes stratégies dont les grandes lignes sont exposées dans les sept ateliers seront utilisées à la rencontre d'Accra.

20 avril 2007 20:13:00




xhtml CSS