L'Afrique du Sud secouée par une nouvelle dispute raciale dans Facebook

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - Un an après qu'une femme blanche de Durban a déclenché un tollé national en affichant des commentaires racistes sur Facebook, un homme blanc de Johannesburg est sous le feu pour un message aussi offensif sur Facebook.

La diatribe amère de Ben Sasanof au sujet du nombre de Noirs qui affluent aux célèbres plages de Durban a énervé le Conseil des députés juif (Sajbd) qui a critiqué sa conduite.

Bien que le poste, qui a également proféré des insultes dérogatoires sur le président Jacob Zuma, a été rapidement enlevé, le dommage a été fait et il y a des appels croissants pour que Sasanof fasse face à des accusations criminelles.

Le porte-parole de Sajbd, Charisse Zeifert, a déclaré que toutes les formes de racisme sont inacceptables "en Afrique du Sud où nous nous efforçons quotidiennement à construire une culture fondée sur les droits de l'Homme et les principes de dignité et de liberté pour tous ceux qui y vivent".

L'année a commencé avec l'agent immobilier de Durban, Penny Sparrow, se référant aux Sud-africains noirs comme des «singes» dans un message sur Facebook. Elle se plaignait des ordures sur les plages de Durban au cours du week-end du Nouvel An.

Le Congrès national africain a répondu en ces termes: "Nous ne pouvons plus tolérer de telles violations déshumanisantes, où la majorité noire est traitée comme des sous-humains et est traitée de singes, babouins et autres épithètes racistes dérogatoires sur la terre de leur naissance".

Sparrow a été condamné par le Umzinto Equality Court à verser 10 mille dollars américains à la Fondation Oliver et Adelaide Tambo après avoir été reconnu coupable de discours haineux.
-0- PANA CU/MA/MTA/BEH/IBA 19déc2016

19 décembre 2016 16:49:31




xhtml CSS