L'Afrique de l'Ouest invitée à créer un mécanisme régional de lutte contre le sida

Dakar, Sénégal (PANA) – Le secrétaire exécutif du Haut conseil national de lutte contre le sida (HCNLS), Malick Sène, a plaidé mercredi à Dakar, au Sénégal, pour la création d'un mécanisme régional de suivi de la lutte contre la pandémie, indiquant que son pays a pris des initiatives dans ce sens.

«Nous avons écrit à l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et à la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) pour qu'elles impulsent une politique régionale destinée à freiner la propagation du sida à travers nos pays», a-t-il déclaré.

S'exprimant au cours d'un panel organisé le troisième jour du quatrième sommet panafricain des jeunes leaders des Nations unies qui prendra fin ce vendredi, M. Sène a indiqué que la libre circulation des personnes au sein de la zone est un facteur de propagation de la maladie d'un pays à un autre, citant l'exemple des transporteurs et des orpailleurs.

«Au Mali nous avons quelque 400 sites d'orpaillage artisanal où on trouve des gens venus de six à neuf pays d'Afrique de l'Ouest. Si le sida se propage dans ces zones fréquentées par des prostituées, cela veut dire que les étrangers risquent aussi de ramener la maladie dans leurs pays. Ce risque concerne tous nos pays», a-t-il dit.

Parlant de la situation dans son pays, M. Sène a souligné que le gouvernement et les organisations de la société civile ont mis en place un programme de sensibilisation et de formation des orpailleurs.  

«Tous les pays africains qui veulent développer leurs secteurs miniers doivent tirer des leçons de l'Afrique du Sud. Dans ce pays, le sida fait des ravages surtout dans les zones minières à cause de leur forte fréquentation par des prostituées», a-t-il ajouté.

Selon les statistiques officielles, le taux de prévalence nationale du sida au Mali est tombé de 1,7%, en 2001, à 1,1% en 12

Evoquant la question du financement des programmes de lutte contre le sida, M. Sène a invité les Etats africains à mobiliser davantage de ressources nationales pour faire face à la maladie.

«Nous avons toujours compté sur les bailleurs de fonds. C'est mal sain et cela pose un problème de souveraineté de nos pays. Nous ne devons plus conter exclusivement sur eux d'autant plus qu'ils n'ont plus suffisamment de ressources à cause de la crise financière», a-t-il déclaré à la PANA à l'issue du panel.

Selon lui, le Mali va bientôt créer un fonds national de lutte contre le sida dont le projet a été déposé à l'Assemblée nationale.

«Ce fonds nous permettra d'augmenter notre part dans le financement des programmes de lutte contre le sida. Chaque année, le Mali dépense 16 milliards de francs Cfa dans la lutte contre le sida, mais il n'assure que 20% de cette somme. Les bailleurs nous donnent 80% de nos financements, il faut que cela cesse», a dit le directeur exécutif du HCNLS.

Créé en 2004, le Haut conseil national de lutte contre le sida (HCNLS) au Mali est une structure rattachée à la présidence de la République.  

-0- PANA AAS/AAS/SOC 15jan2014  


15 janvier 2014 19:20:04




xhtml CSS