L’Afrique a réalisé des progrès considérables en matière d’éducation

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA)   – Le taux de scolarité en Afrique a progressé entre 1995 et 2011 de plus de 20 points dans le primaire, de plus de 15 points pour le secondaire et a été multiplié par deux dans l’enseignement supérieur, indique une étude obtenue samedi à Ouagadougou à la veille de l’ouverture, dans la capitale burkinabé, de la Triennale de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA).

Les auteurs de l’étude soulignent que depuis 1995 l’Afrique est dans une dynamique de progrès en matière d’éducation qui coïncide elle-même avec une croissance économique forte et stable.

L’étude souligne par ailleurs les défis qui se posent à l’éducation en Afrique, notamment sur le plan de l’innovation technologique et l’adéquation entre la formation et l’emploi.

« Il se trouve que la mondialisation en cours se caractérise par la dominance des économies et des sociétés basées sur la connaissance et l’innovation technologique. Le stock et le niveau de savoir, qui avec les mutations rapides, s’inscrivent dans une perspective et d’apprentissage tout au long de la vie, deviennent des facteurs primordiaux de développement durable», ajoute l’étude.

Le contenu de cette étude et d’autres problématiques éducatives seront évoquées du 13 au 17 fevrier par les participants de la Triennale 2012 de l’Afrique qui a pour thème principal «Promouvoir les connaissances, compétences et qualifications critiques pour le développement durable de l’Afrique : comment concevoir et édifier une réponse efficace des systèmes d’éducation et de formation».

Lors de la Triennale, près de 800 personnes, parmi lesquelles 60 à 70 ministres africains, débattront de l’ensemble des défis qui se posent à l’éducation en Afrique.

Ils aborderont trois sous-thèmes qui posent différentes problématiques de l’éducation en Afrique, de la formation technique et scientifique à l’adéquation entre la formation et l’emploi en passant par l’apprentissage tout au long de la vie.

La tenue de la Triennale marque l’aboutissement d’un processus de consultation inclusif et participatif qui a associé le secteur privé, les jeunes et les décideurs politiques.

Anciennement appelée Biennale, la Triennale de l’ADEA est une des plus grandes rencontres des professionnels de l’éducation en Afrique et des décideurs politiques du continent.

Elle offre une opportunité d’engager un dialogue franc et direct sur les politiques éducatives du continent.
-0- PANA SEI/AAS/SOC 11fev2012

11 février 2012 15:36:52




xhtml CSS