L’ADEA et l’UNESCO célèbrent la Journée de l’Afrique au Zimbabwe

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Le Groupe de travail sur la gestion de l’éducation et l’appui aux politiques de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (GTGEAP-ADEA), célèbre, ce mercredi, en collaboration avec le Bureau régional pour l’Afrique australe de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO ), la Journée de l’Afrique à Harare, au Zimbabwe.

Selon le communiqué transmis à la PANA, l’ADEA saisira cette occasion particulière pour partager avec les participants et la presse les conclusions majeures de sa seconde Triennale, qui s’est tenue en mars dernier à Dakar, au Sénégal.

Au cours de cette célébration, il y aura des échanges sur les défis de l’emploi des jeunes et des perspectives de manière globale avec des panélistes représentant diverses entités intervenant dans des secteurs liés à l’investissement dans la jeunesse et à l’emploi des jeunes.

La Journée de l’Afrique marque la date de commémoration annuelle de la création de l’Organisation de l’unité africaine (ex-OUA devenue Union africaine), le 25 mai 1963. Elle est célébrée dans différents pays du continent africain et dans le monde entier.

Le thème de la célébration de 2017 est tiré du thème de l’Union africaine (UA) qui est "Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse".

Pour l’UA, les investissements réalisés actuellement dans la jeunesse, qui représente le plus grand atout de l’Afrique, détermineront la trajectoire de développement du continent au cours des 50 prochaines années et le positionneront sur la voie pour réaliser "L’Afrique que nous voulons" ; un acteur et un partenaire mondial fort, uni et influent, comme prévu dans l’Agenda 2063 pour l’Afrique.

Cette activité fait suite aux célébrations de l’édition 2016 de la Journée de l’Afrique organisées par le GTGEAP de l’ADEA au Bureau régional pour l’Afrique australe de l’UNESCO et sont devenues une activité annuelle visant à mettre en évidence les problèmes critiques liés au développement du continent, en particulier dans les secteurs de l’éducation, de la formation, de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM), ainsi que dans les secteurs de l’innovation et de la culture.
-0- PANA BAL/JSG/IBA 24mai2017

24 mai 2017 07:53:34




xhtml CSS