Kufuor apporte vigueur et charme à la politique ouest africaine

Lusaka- Zambie (PANA) -- Le ghanéen John Agyekun Kufuor, un nouveau venu dans l'arène politique ouest africaine, déclare déceler une stabilité émergente dans la sous-région, naguère marquée par de nombreux coups d'Etat militaires et des guerres transfrontalières.
Le nouveau président ghanéen est aussi convaincu que les leaders hostiles de la sous-région commencent, aujourd'hui plus que jamais, à se comprendre.
"Il y a une semaine ou deux, le président Eyadema me parlait de l'ouverture de nos frontières pour 24 heures", a révélé à la PANA Kufor lors d'une interview à Lusaka où il prend part au sommet des chefs d'Etat africains.
Il faisait ainsi allusion au réchauffement des relations entre son pays et le Togo de Gnassingbe Eyadéma qui se sont disputés pendant de longues années.
"Ceci constitue un pas en avant", a t-il déclaré, faisant allusion à l'entente entre lui et Eyadéma, ce qui n'a jamais été le cas du temps de son prédécesseur, John Rawlings.
"Avec le temps, je voudrais qu'on mesure à sa juste valeur la nature transitoire de notre situation en Afrique de l'Ouest.
"D'abord, nous sommes sortis de la colonisation avec des micro Etats séparés par des frontières artificielles, avec toutes ces langues coloniales qui entravent notre compréhension mutuelle", a-t-il déclaré.
Le chef de l'Etat ghanéen a ajouté qu'il faut que les leaders africains assimilent la culture de la réconciliation si l'on veut accélérer le processus d'intégration économique et améliorer le sort de nos peuples.
Il a mis en pratique cette doctrine en s'assurant que ses premières visites, après son investiture du 7 janvier 2001, soient consacrées aux pays voisins.
Il s'est littéralement lié d'amitié avec tous ses pairs de la sous-région.
"Nous sommes des êtres humains avant tout.
Je pense que l'idéologie, la profession, le métier viennent en second lieu.
Ma politique dans la sous-région est une politique de bon voisinage et je trouve que ça marche.
"J'entretiens des relations étroites avec les présidents Obasanjo du Nigeria, Blaise Compaore du Burkina Faso, Eyadéma du Togo, Gbagbo de Côte d'Ivoire, Kérékou du Bénin, Tandja du Niger, Konaré du Mali, Tejan Kabbah de la Sierra Leone, Jammeh de la Gambie (qui a été très gentil avec moi), et Wade du Sénégal", affirme-t-il.
Après 40 ans, déclaré Kufuor, les pays de la sous-région sont passés de l'ère coloniale à une période ou la puissance militaire faisait loi au grand dam des populations de nos pauvres pays.
Maintenant, ajoute-t-il, ils entrent dans l'ère de la technologie de l'information.
"Nous apprenons à mieux nous connaître.
Nous sommes en voie de comprendre les fondements économiques qui sous-tendent une croissance économique viable.
Nous nous rendons compte des forces de la mondialisation qui nous poussent à nous rapprocher davantage.
"Alors quand nous regardons en nous-même de manière continue, nous pouvons apercevoir une lumière au but du tunnel", a-t-il ajouté.
Kufuor désire davantage de progrès au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest.
La force de maintien de la paix de cette communauté, l'ECOMOG, a aidé à mettre un terme à la guerre au Liberia.
Elle est aussi présente dans les efforts de paix en Sierra Leone et dans les accrochages à la frontière entre le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone.
Il a déclaré que la situation en Sierra Leone est en train de se stabiliser après l'accord des rebelles du Front révolutionnaire Uni pour participer aux élections prévues.
Kufuor a aussi fait appel aux partenaires internationaux pour une assistance matérielle qui permettrait un positionnement des troupes de maintien de la paix le long des frontières communes de ces trois pays du fleuve Mano.
L'année dernière, le Ghana et le Nigeria se sont mis d'accord pour laisser flotter une monnaie commune dans un projet "accéléré" pour rejoindre la majorité d'Etats francophones dans un plus vaste programme pour l'adoption d'une monnaie commune en Afrique de l'Ouest.
Le chef de l'Etat ghanéen a fait état de programmes pour faciliter la circulation des personnes et des biens entre les 16 Etats de la CEDEAO.
Kufuor, âgé de 62 ans, est avocat de profession.

10 juillet 2001 22:17:00




xhtml CSS