Kofi Annan souhaite une mobilisation pour la paix en Afrique

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, est fortement perturbé par la recrudescence de la violence et des violations des droits de l'homme dans l'Est de la RD Congo, par l'instabilité continue en Côte d'Ivoire et par la persistance de la tension entre l'Ethiopie et l'Erythrée.
"Nous ne devons pas laisser les réalisations de ces dernières années être effacées pour un retour à une Afrique où des millions d'individus sont victimes d'une violence terrible.
Nous devons collaborer pour mettre fin aux conflits terribles qui défigurent notre continent", a déclaré M.
Annan dans son discours au sommet de l'Union africaine (UA) ouvert mardi à Addis-Abeba.
Le patron de l'ONU a invité les chefs d'Etat et de gouvernement présents à cette réunion à trouver une solution aux causes profondes de l'insécurité et du sous-développement du continent qui, selon lui, sont la mauvaise gouvernance.
"Nous devons aussi travailler ensemble pour lutter contre la pauvreté, la maladie, l'ignorance et le manque de services essentiels de base au maintien de la vie qui affectent tous les jours les vies de millions d'individus sur le continent.
Après tout, aucune aide quel que soit son montant, aucune diplomatie et aucune opération de maintien de la paix ne peuvent, à elles seules, tirer l'Afrique de la pauvreté, mettre fin à la progression du VIH/sida ou aux conflits meurtriers", a-t-il dit.
Le secrétaire général de l'ONU a souligné que l'architecture de l'Union africaine prenait forme et que les fondements de l'organisation continentale allaient dans la bonne direction.
Il a salué la création d'un Conseil de paix et de sécurité de l'UA (CPS) comme un tournant décisif dans les efforts visant à doter l'UA des instruments qu'il lui fallait.
Il a promis que l'ONU continuera à apporter son aide pour fournir l'information, la formation, l'expertise et les ressources nécessaires pour mettre en place la Force militaire africaine permanente envisagée par l'UA.
"Votre nouvelle détermination à construire la paix et la sécurité doit se faire sentir quand elle comptera le plus, c'est le cas maintenant, et le nouvel esprit démocratique africain doit s'élargir, se renforcer et se faire sentir dans chaque nation", a-t-il déclaré.
"Mais cette vision que vous (l'UA) vous efforcez de réaliser est mise en péril par la persistance de conflits meurtriers en Afrique.
Je pense en particulier à la situation horrible au Darfour, dans l'Ouest du Soudan", a-t-il ajouté.
M.
Annan, qui n'a pas tari d'éloges sur les efforts de l'UA pour superviser un cessez-le-feu signé entre le gouvernement soudanais et les rebelles, a déclaré qui si aucune mesure n'était prise, les brutalités déjà infligées à la population civile du Darfour pourraient être un prélude à une catastrophe humanitaire encore plus grande qui pourrait déstabiliser la sous-région.
"La paix au Darfour est vitale pour la paix au Sud Soudan", a-t- il dit, indiquant que le nouvel esprit de responsabilisation démocratique qui souffle actuellement sur plusieurs organisations africaines, dont la Commission de l'UA, doit trouver un foyer dans chaque pays africain.
Kofi Annan a estimé que pour que cela se réalise, les politiques doivent inclure toutes les parties, tandis qu'un équilibre institutionnel prudent doit être préservé comme l'organisation régulière d'élections libres et justes, l'existence d'une opposition crédible dont le rôle est respecté, un système judiciaire indépendant, une presse libre et indépendante, un contrôle effectif des militaires par un pouvoir civil et une société civile dynamique.
"Rappelons-nous toujours que les constitutions sont élaborées dans l'intérêt à long terme de la société, non pour les objectifs à court terme des dirigeants.
Faisons la promesse que la période des présidents à vie et des partis uniques est révolue", a-t-il souligné.
M.
Annan a annoncé la mise sur pied d'un comité consultatif sur le soutien international au Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique(NEPAD) qui sera présidé par l'ancien secrétaire général du Commonwealth, Emeka Anyaoku, pour aider l'UA dans sa vision.

06 juillet 2004 20:19:00




xhtml CSS