Khalifa Hafter promet de préserver la région du Croissant pétrolier

Tripoli, Libye (PANA) - Le Commandant général de l'armée nationale libyenne basée dans l'Est, le maréchal Khalifa Haftar, a promis de mieux préserver la région du Croissant pétrolier, assurant que "ce que nous ferons dans le Croissant pétrolier cette fois-ci sera différent du passé, étant donné l'équation du pétrole dans le dossier libyen qui a de larges dimensions".

"Ce n'est pas la première fois que les ports de la région du Croissant pétrolier ont été attaqués par ces bandes criminelles terroristes, car six attaques ont été lancées depuis la libération de la région en septembre 2016", a indiqué le maréchal Hafter, en allusion à la dernière attaque menée par l'ancien chef des gardes des installations pétrolières, Ibrahim Jadhran, qui a réussi à prendre le contrôle de deux terminaux pétroliers dans la région.

Il a ajouté : "Les Libyens se rappellent la réponse apportée par l'armée nationale à chaque fois que le pays est attaqué, et quelles en sont les conséquences pour les agresseurs, cette bande de criminels qui a tissé des alliances avec des Libyens sur place et au-delà des frontières, et qui est soutenue avec des armes et de l'argent pour acheter des mercenaires africains".

Le maréchal Hafter a indiqué que "les gangs criminels terroristes" constituent un outil pas cher conduit par des mains malveillantes travaillant pour déstabiliser la situation, et ne se soucient pas des intérêts de la nation, ni de la souffrance des Libyens, et constituent une menace pour la sécurité et la stabilité du pays.

Ibrahim Jadhran, ex-chef des gardes des installations pétrolières dans la région du Croissant pétrolier, a mené jeudi dernier une attaque dans cette région riche en pétrole et a pris le contrôle des terminaux pétroliers de Ras Lanouf et Al-Sidra.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a décrété l'Etat de force majeure et l'arrêt des livraisons de pétrole brut à partir des ports de Ras-Lanouf et Al-Sidra jeudi dernier, après les attaques par un groupe armé dirigé par Ibrahim Jadhran, conduisant à leur fermeture et à l'évacuation de tout le personnel.

Le directeur de la NOC, Mustapha Sannalla, a indiqué, mardi, que le pays avait perdu environ 400 mille barils par jour de production de pétrole brut au cours des derniers jours en raison des attaques des insurgés.
-0- PANA BY/IS/SOC 23juin2018

23 Junho 2018 17:28:33




xhtml CSS