Kadhafi reste sceptique sur les résultats du 14ème sommet de l'UA

Syrte- Libye (PANA) -- Le président en exercice de l'Union africaine (UA), le guide Mouammar Kadhafi, a affirmé à Syrte que «rien ne sera tranché à Addis- Abeba, lors du 14ème sommet de l'organisation, «étant donné que les Africains persistent dans la perdition» .
"La question qu'on se pose aujourd'hui consiste à savoir avec quoi allons-nous sortir d'Addis-Abeba et non pas ce que nous allons réaliser au sommet d'Addis- Abeba», a-t-il déclaré.
S'exprimant au cours d'une interview exclusive accordée à la PANA à la veille du sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'organisation continentale, le guide Kadhafi a déploré le surplace de l'UA depuis sa création en 1999, à Syrte, dans le centre de la Libye.
«Nous n'avons rien réalisé.
Les études et les reports sont notre obsession depuis dix ans», a-t-il regretté.
«Chaque fois qu'on échoue dans la prise d'une décision concernant l'unité de l'Afrique, nous avons recours directement au report de la question jusqu'au prochain sommet», a ajouté le leader libyen.
«Si, cette fois-ci, à Addis-Abeba, cette situation se répète, nous serons comparables à des animaux qui passent le temps à ruminer», a-t-il poursuivi en guise d'avertissement «adressé à chaque chef d'Etat africain».
Dans cette perspective, le président en exercice de l'UA estime que les dirigeants africains ne disposent plus de prétexte pouvant justifier le choix d'une réalisation graduelle du projet de l'Union, encore moins de raisons valables pouvant leur permettre de sauver la face devant les populations africaines et le monde.
Abordant l'éventualité de la proclamation du gouvernement fédéral par les Etats qui se déclarent prêts à s'y engager immédiatement, le guide Kadhafi a indiqué qu'il espérait que «les Africains évolueraient ensemble vers l'unité et les Etats-Unis d'Afrique, comme c'était le cas, lorsque, dans le passé, l'Afrique bougeait toujours collectivement et adoptait ses décisions de façon consensuelle même sur papier et sans aucune action».
Il a cité en exemple l'avènement de l'unité africaine avec l'Organisation de l'Unité africaine (OUA) dont la proclamation n'avait souffert d'aucune absence, tout comme celle de la Communauté économique africaine (CEA) que personne n'a manquée.
«De fait, nous devons convenir ensemble de la proclamation du gouvernement fédéral et du passage aux Etats-Unis d'Afrique d'une manière collective» a-t-il dit.
Cependant, le guide Kadhafi a noté que ceux qui hésitent à faire avancer le projet de l'Union poussent délibérément à la réalisation de l'Union de ceux qui se sentent prêts, ceux qui n'ont plus de quoi faire face à leurs populations et auxquels il reconnaît le mérite «d'assumer leurs responsabilités, de préserver la dignité de l'Afrique face aux autres continents».
«C'est une réalité qui prévaut actuellement», a affirmé le leader libyen, rejetant la responsabilité de cette division sur les «hésitants».

30 janvier 2010 17:00:00




xhtml CSS