Kadhafi plaide pour une gouvernance au service des peuples africains

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le guide libyen Mouammar Kadhafi a soutenu au cours d'une conférence de presse, dimanche soir à Addis- Abeba, en marge du 14ème sommet de l'Union africaine, que le mode actuel de gouvernance en Afrique, basé sur le multipartisme et des élections, n'a apporté ni la stabilité ni la prospérité au continent.
"Après les indépendances, des directions idéologiquement faibles ont pu accéder aux pouvoirs ici et là en Afrique.
La théorie du multipartisme comme seule alternative démocratique s'y est ajoutée.
Résultat: le continent est en proie à l'instabilité politique, de la Côte d'Ivoire à la Corne de l'Afrique", a regretté le dirigeant libyen.
"On procède à des changements de régime tous les cinq ans; le régime qui vient avec son programme écarte celui du précédent.
Cet éternel recommencement a considérablement retardé l'Afrique.
Il est totalement acquis qu'un pouvoir a besoin d'une quinzaine d'années de stabilité pour mettre en ?uvre son programme", a-t-il soutenu.
Le leader libyen a également établi un lien de cause à effet entre l'échec des programmes de société et les rébellions qui minent le développement du continent.
"Par le jeu pervers de ces élections et du multipartisme, qui ne correspondent nullement aux réalités africaines, des régimes corrompus ont pu arriver au pouvoir pour se servir et non pour servir leur peuple", a déploré le guide Kadhafi.
"C'est cela qui explique ces changements constitutionnels à tort et à travers; ces refus de l'ordre établi à travers des rébellions armées; des tentatives de sécession.
Nous devons désormais prendre conscience que le prêt-à-porter démocratique a échoué", a martelé le dirigeant libyen pour qui "le salut des peuples africains passe par l'unité du continent".
"Je l'ai dit et répété.
Nous, Africains, nous n'en sortirons qu'avec l'avènement des Etats unis d'Afrique.
Ce n'est pas un enjeu personnel, mais une exigence dictée par les intérêts de nos pays", a- t-il ajouté.
A signaler que ce diagnostic du guide libyen sur la crise de la gouvernance en Afrique est largement partagé par la plupart de ses pairs présents au 14ème sommet de l'Union africaine qui se tient jusqu'à mardi dans la capitale éthiopienne.

01 février 2010 13:56:00




xhtml CSS