Kadhafi exhorte les Africains à ne pas s'entretuer

Tripoli- Libye (PANA) -- Le colonel Mouammar Kadhafi de Libye a exhorté les Africains à ne pas s'entretuer, soulignant que le fait pour un Africain de diriger son fusil vers un autre Africain "constitue une entrave à l'unité et à la consolidation du progrès du continent".
Pour le guide de la révolution libyenne, qui s'exprimait lors d'une audience accordée mardi dernier à Tripoli à une importante délégation soudanaise, "quiconque entrave l'unité de l'Afrique et son progrès sert de facto les intérêts de la colonisation et se met au service des colonisateurs".
Il a rappelé que la charte de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), de même que l'Acte constitutif de l'Union africaine interdisent l'assassinat.
"Il est interdit pour un Africain de tuer un autre Africain.
Alors, que dit-on des Africains qui s'entretuent dans un même pays ?", s'est-il demandé devant la délégation soudanaise.
"L'Afrique et le monde entier vous prennent pour des Soudanais même si vous vous donnez diverses dénominations de Sudistes, Nordistes ou gens du Darfour, de l'Est ou de l'Ouest.
Le monde sait que vous êtes des Soudanais et trouve étrange qu'un Soudanais tue un autre Soudanais et qu'une arme soudanaise soit pointée vers un autre Soudanais", a-t-il insisté.
Le leader libyen a ajouté que tous les peuples ont des problèmes mais qu'ils ne les résolvent pas avec des RPG ou des Kalachnikov.
"Nous devenons des enfants et des fous si nous recourons aux armes chaque fois qu'un problème surgit".
Saluant les membres de la délégation soudanaise venus le féliciter et lui renouveler leur confiance pour ses efforts de médiation dans les crises qui secouent des régions entières de leur pays, le colonel Kadhafi a indiqué que cette confiance est une grande responsabilité et une mission historique qu'il entend assumer.
"Il n'y a aucune convoitise chez les Libyens dans leur contribution à une solution de cette crise.
Les libyens n'ont d'autre but que de contribuer avec leurs frères du Soudan à une solution à ce problème en faveur de l'unité du Soudan et de l'Afrique et pour arrêter l'effusion du sang et couper court à ceux qui ont des ambitions et des intérêts", a-t-il dit.
Après avoir affirmé que l'Europe, par exemple, souffre d'épineux problèmes, qu'elle résout par des voies politiques et pacifiques et non par des combats, le guide de la révolution libyenne a fait remarquer que la terre entière serait brûlée si les gens faisaient recours aux armes chaque fois qu'un différend existe entre eux.
Il a indiqué que les problèmes font partie de la vie mais qu'on ne doit pas porter les armes pour les résoudre, qualifiant de déviation dangereuse "le port des armes dès qu'on sent surgir un problème".
Trouvant "étrange" que de tels actes se passent au Soudan, un pays de vieille civilisation et dont les populations sont des croyants et des pieux et non des populations hantées par le port des armes, le colonel Kadhafi a appelé les divers acteurs de la scène politique soudanaise à servir d'exemple aux Arabes, à l'Afrique et au monde en se chargeant de la solution de leurs problèmes.
Il a, par ailleurs, mis en garde contre toute extension de la situation au Soudan au Tchad ou en Centrafrique, précisant qu'un tel scénario conduira à une perte pour l'Afrique et pour l'Union africaine.

22 décembre 2005 21:15:00




xhtml CSS