Kadhafi craint une guerre entre les tribus du Sud-Soudan

Addis-Abeba- Libye (PANA) -- Le guide Mouammar Kadhafi n'a pas écarté l'éventualité d'une guerre entre le Nord et le Sud du Soudan, à la lumière du référendum d'autodétermination au Sud-Soudan prévu en 2011, craignant au contraire l'éclatement de combats entre les tribus à l'intérieur même du Sud du pays.
Le guide Mouammar Kadhafi a précisé, lors d'une conférence de presse tenue dimanche soir dans la capitale éthiopienne, en marge du 14ème sommet de l'Union africaine (UA), qu'il est probable que la guerre éclate à l'intérieur du Sud-Soudan où les tribus du Sud sont très divisées.
De ce fait, le Sud-Soudan pourrait devenir une autre Somalie.
Le leader Kadhafi a ajouté que ces divisions exacerbées entre les tribus peuvent entraîner des conflits armés violents qui pourraient dégénérer en raison des tiraillements régionaux et des appétits des puissances internationales qui convoitent les richesses de la région.
Il a également affirmé que le Sud-Soudan est un petit territoire qui, en cas d'autonomie, sera très faible et pourrait constituer une cible facile pour les ambitions au niveau régional, notamment des pays voisins et surtout des grandes puissances qui veulent prendre pied dans la région poue s'accaparer des ressources pétrolières prometteuses et de l'eau.
Le guide Mouammar Kadhafi estime qu'il est de l'intérêt du Sud-Soudan de consolider ses relations avec le Nord dans le cadre d'un Soudan uni et fort ayant une place dans le continent africain et dans le monde arabe et islamique.
Il serait alors capable de relever les défis de développement, de lutte contre la pauvreté et l'arriération et de réaliser la justice sociale.
Il a affirmé que le défunt leader du Sud-Soudan John Garang n'a jamais été partisan de l'idée de la séparation avec le Nord.
En ce qui concerne la situation en Guinée, le guide Mouammar Kadhafi a critiqué les tentatives d'ingérence extérieures dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest et affirmé que tous les projets proposés en Guinée aujourd'hui ne sont pas au service de la réalisation de la stabilité et de la sécurité du peuple guinéen, mais, au contraire, sont destinés à l'exploitation des énormes ressources dont regorge ce pays.
Il a précisé que les projets, en cours d'élaboration dans les coulisses par certaines parties étrangères, visent la mise en place d'un gouvernement au service de sociétés ayant des visées sur les énormes richesses de la Guinée.
Quant à la Somalie, le guide Mouammar Kadhafi a déploré l'émiettement de ce pays arabe et africain et la dislocation de ses frontières, estimant que l'état dans lequel se trouvait la Somalie sous l'ère du défunt président Siad Barré était de loin meilleur.
Le guide Mouammar Kadhafi a réitéré sa condamnation de la piraterie internationale contre la Somalie et la violation des eaux de sa Zone économique exclusive (ZEE), la pollution de ses côtes à cause du rejet des déchets toxiques, ainsi que le pillage de ses immenses ressources halieutiques.
Le leader Mouammar Kadhafi a accusé la plupart des grandes puissances d'être impliquées dans la violation de la ZEE de la Somalie qui a été fixée par les conventions internationales à 200 miles.
Il a ainsi averti tous les pays africains côtiers qu'ils encourent les mêmes risques auxquels est confrontée aujourd'hui la Somalie, en l'absence de mécanismes fédéraux africains tels qu'un ministère fédéral de la Défense et une Marine fédérale ?uvrant dans le cadre du Gouvernement de l'Union que les dirigeants africains tardent à réaliser.
Il note, à ce propos, l'absence d'une prise de conscience à l'endroit des changements au plan international et des exigences de la Mondialisation qui ne reconnaît pas les petits pays.

01 février 2010 13:12:00




xhtml CSS