Journée mondiale de lutte contre le SIDA : l'Afrique du Sud dévoile un nouveau plan de lutte contre le VIH

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - Le président sud-africain, Jacob Zuma, a lancé jeudi le nouveau plan stratégique national de lutte contre le VIH/SIDA lors de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA à Port Elizabeth.

Le président Zuma, le vice-président Kgalema Motlanthe qui préside le Conseil national sud africain de lutte contre le SIDA (SANAC), et le Premier ministre du Cap Oriental, Noxolo Kiviet, ont célébré la 23ème édition de la journée mondiale de lutte contre le SIDA au Stade Wolfson.

Le président a déclaré que le nouveau plan quinquennal représente une intensification de la lutte soutenue que l'Afrique du Sud a engagée contre l'une des plus grandes pandémies du monde.

"L'annonce de ce plan marque également une nouvelle étape dans notre lutte permanente contre le VIH/SIDA, qui a été saluée par les institutions internationales comme l'ONUSIDA", a-t-il affirmé.

Le Congrès national africain (ANC) accueille ce plan avec satisfaction, notant que, entre l'année dernière et cette année, environ 13 millions de personnes se sont présentées pour subir des tests du VIH/SIDA. Il a également souligné que  le nombre d'installations publiques fournissant des anti-rétroviraux aux patients est passé de 495 à 2. 948 et le nombre d'infirmières accréditées pour fournir un traitement a augmenté de 290 à 10 542.

Le Congrès des syndicats sud-africains et l'Union nationale des travailleurs de la mine ont également rejoint la Campagne d'action pour le traitement (TAC) en se félicitant du lancement du nouveau plan stratégique.

"C'est un plan audacieux. L'Afrique du Sud fait preuve de leadership à un moment où beaucoup d'autres parties du monde ne tiennent plus leurs engagements par rapport au VIH/SIDA", a annoncé la TAC dans un communiqué.

Mardi, le ministre de la Santé, Aaron Motsoaledi, a publié une enquête sur le VIH/SIDA et la syphilis en consultation prénatale qui a révélé que la prévalence du VIH/SIDA parmi les femmes enceintes dans ce pays était passée de 29,4 pour cent à 30,2 pour cent.

-0- PANA CU/SEG/TBM/SOC 01déc2011

01 décembre 2011 21:19:55




xhtml CSS