HRW loue une décision africaine concernant le procès de Habré

Banjul- Gambie (PANA) -- L'organisation de défense des droits de l'homme, Human Rigths Watch (HRW), s'est félicitée de la recommandation d'un comité de l'Union africaine (UA) sur le jugement de l'ancien président tchadien, Hissène Habré, qui s'est exilé au Sénégal.
Le comité, mis en place par le sommet de l'Union africaine (UA), en janvier à Khartoum, a recommandé que M.
Habré soit jugé au Sénégal ou au Tchad ou dans tout autre pays africain disposé à le faire.
"Si le Sénégal veut le juger maintenant, nous ne pouvons que nous en réjouir", a déclaré à Banjul, en Gambie, le conseiller de HRW, Reed Broody.
S'adressant à la presse, il a indiqué que son organisation aurait souhaité voir M.
Habré être extradé vers la Belgique dont la justice a réclamé en septembre dernier son extradition pour le juger de violations des droits de l'homme et de crimes de guerre.
"Tout le travail fait par la Belgique ne doit pas être gâché.
La Belgique est prête et disposée à accorder à M.
Habré un procès équitable", a dit M.
Brody.
"Nous ne pensons pas qu'il doit retourner au Tchad pour y être jugé parce qu'il ne bénéficiera pas d'un procès équitable là-bas", a-t-il ajouté, estimant qu'il n'est "pas réaliste" de mettre sur pied un tribunal ad hoc pour juger M.
Habré et que cela coûterait plus de 100 millions de dollars.
"Nous voulons qu'une décision claire soit prise ici (en Gambie) et pas seulement une recommandation", a déclaré M.
Brody.
A la suite du lancement d'un mandat d'arrêt international contre M.
Habré, il a été arrêté par les autorités sénégalaises, mais la justice s'était déclarée incompétente pour se prononcer sur son extradition.
Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, avait alors décidé de soumettre l'affaire à l'Union africaine (UA) dont les dirigeants en sommet samedi et dimanche à Banjul, la capitale de la Gambie.

01 juillet 2006 13:13:00




xhtml CSS