HRW demande des réparations pour les victimes de l'esclavage

Dakar- Sénégal (PANA) -- L'ONG américaine Human Rights Watch (HRW) a lancé, jeudi, un appel pour le dédommagement des graves effets de l'esclavage, de la ségrégation et d'autres formes extrêmes de racisme qui continuent de sévir dans le monde.
Cette initiative de l'organisation de défense des droits humains basée à New York intervient à la veille d'une conférence internationale sur le racisme, qui doit se tenir le mois prochain, à Durban, en Afrique du sud.
Dans un communiqué, HRW a déclaré que des comités d'experts nationaux et internationaux devraient être mis sur pied, en veillant au respect de la plus grande transparence et à la participation des populations afin d'identifier et de reconnaître les abus du passé et de définir les initiatives à prendre afin de neutraliser leurs effets actuels.
Les Africains du continent, tout comme ceux de la diaspora, exigent, depuis des décennies, des réparations pour les malheurs causés par l'esclavage, à l'origine de la déportation de millions d'Africains pour travailler en Europe et en Amérique, indique-t-on.
Cependant, cette exigence n'a jamais eu d'écho, même après le paiement de milliards de dollars aux Juifs victimes de l'Holocauste.
"Les groupes qui souffrent aujourd'hui de l'esclavage ou d'autres graves pratiques racistes devraient être dédommagés par les gouvernements responsables", a déclaré Kenneth Roth, Directeur exécutif de HRW.
"Les individus les plus gravement persécutés aujourd'hui du fait de ces pratiques du passé sont les premiers qu'il conviendrait de dédommager afin de mettre un terme à leur calvaire", a-t-il affirmé.
"Nous ne parlons pas d'aumône", a précisé Roth.
"Nous en appelons à la prise d'engagements à long terme afin de réparer les dommages causés aux groupes qui ont le plus souffert de cet état de fait".
HRW a proposé la création de comités d'experts nationaux dans les pays multiraciaux comme les Etats-Unis, le Brésil et l'Afrique du Sud, ainsi que d'un ou de plusieurs comités internationaux du même genre pour étudier les effets du commerce des esclaves.
Ces comités s'attacheront à l'identification de ces effets, non pas sur les individus mais sur les groupes et joueront le rôle de Commissions Vérité.
Celles-ci auront pour mission de faire connaître jusqu'où les pratiques racistes appliquées dans le passé, par un gouvernement, contribuent au dénuement actuel des populations du continent et des éléments de la diaspora, a noté Roth.
Ils doivent aider les populations à prendre conscience, déterminer les responsabilités et proposer des méthodes pour les dédommagements et les réparations.
L'un des principaux objectifs de ces réparations est de s'attaquer aux racines sociales et économiques de la marginalisation actuelle des victimes en ayant recours à des instruments tels que les investissements dans le secteur de l'éducation, du logement, des soins de santé ou de la formation professionnelle.
Le thème de la compensation des victimes de l'esclavage sera l'une des questions les plus controversées au cours de la Conférence des Nations unies contre le racisme, la Discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée, prévue du 31 août au 7 septembre 2001, à Durban, en Afrique du Sud, indique-t-on.

19 juillet 2001 20:54:00




xhtml CSS