Guterres pour un investissement accru dans la prévention des conflits

New York, Etats-Unis (PANA) - Le déséquilibre entre les dépenses pour les conflits et les dépenses pour la paix doit être rattrapé, a déclaré lundi, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

Il a, par conséquent, invité les Nations Unies à rassembler tous les autres acteurs internationaux "en faveur de nos efforts pour une paix durable - de la prévention à la résolution des conflits en passant par le maintien et la consolidation de la paix pour un développement durable".

"Il y a deux ans, l'Assemblée générale et le Conseil de Sécurité ont envoyé ensemble un message clair: "Si les Etats membres ont la responsabilité première de la consolidation et du maintien de la paix, nous pouvons tous faire plus pour renforcer les bases de la stabilité, du bien-être et de la cohésion", a-t-il déclaré à une réunion informelle de l'Assemblée à laquelle il a présenté son rapport sur la consolidation et le maintien de la paix.

En soulignant que l'ONU doit proposer un "appui cohérent, global et intégré, en travaillant avec les Etats membres et les autres partenaires, avant, pendant et durant les conflits", il a déclaré que son rapport met ces messages en pratique.

Il a évoqué la manière dont un développement inclusif et durable apporte une contribution essentielle à la prévention des conflits.

"Le maintien de la paix est à la fois un objectif et un processus qui se base sur la construction d'une vision commune et cohérente d'une société qui prend en compte les besoins de tous", a-t-il affirmé, notant que "l'Agenda 2030 pour un développement durable est le moyen à l'échelle mondiale de créer un monde plus sûr, durable et résilient".

M. Guterres a soutenu que l'égalité homme-femme reste au-devant et au centre de tous les efforts pour une paix durable, en soulignant que l'importance et l'efficacité du leadership et de la participation des femmes à la prévention et la résolution des conflits et à la consolidation de la paix ne font aucun doute.

"Nous devons accroître la représentation des femmes d'une manière systématique et significative en allant au-delà de la prise de position symbolique. Les femmes doivent avoir des rôles de prise de décision à tous les niveaux des institutions nationales, régionales et internationales et des mécanismes pour la prévention et la résolution des conflits", a-t-il dit.

Un communiqué de l'ONU indique que M. Guterres a souligné que les efforts nationaux de construction et de maintien de la paix sont plus efficaces s'ils sont inclusifs.

"Ceci doit commencer par une compréhension commune des risques que court un pays ou une région et par la manière dont nos pouvons soutenir les efforts des Etats membres pour accroître la résilience contre ces risques", a-t-il affirmé.

Il a également soutenu qu'un financement inadéquat de la consolidation de la paix saperait les efforts déployés pour sauver des vies, stabiliser les pays en crise, alléger les souffrances et protéger les plus vulnérables.

En rappelant à l'Assemblée que le monde assiste à des souffrances humaines d'une ampleur difficilement quantifiable, il a noté que ces dix dernières années, la communauté internationale a consacré 233 milliards de dollars américains à l'intervention humanitaire, au maintien de la paix et à l'accueil des réfugiés.

"Si le coût financier est intenable, le coût humain est insupportable", a-t-il soutenu. "Au lieu de réagir à des crises, nous devons investir davantage dans la prévention. La prévention fonctionne, sauve des vies et est moins coûteuse".

M. Guterres a qualifié le Fonds pour la consolidation de la paix "d'outil essentiel" pour y parvenir en invitant tous ceux qui le peuvent à porter les ressources de ce fonds à 500 millions de dollars par an.

Il a expliqué que d'autres solutions de financement innovantes étaient également explorées, dont des mécanismes basés sur le web et le financement participatif.

"Ces propositions doivent être examinées sérieusement dans le cadre de la paix et de la sécurité et ne doivent pas avoir d'impact sur les fonds destinés au développement durable", a insisté M. Guterres.

Il a exprimé l'espoir que l'Assemblée examine ce rapport lors de la Réunion de haut niveau sur la consolidation et le maintien de la paix du 24 au 25 avril - et poursuive ses efforts pour rendre le système onusien plus efficace.

En s'adressant également à la réunion informelle, le président de l'Assemblée Générale, Miroslav Lajčák, a évoqué certains des appels lancés dans le cadre des résolutions adoptées en 2016.

"Tout d'abord, nous avons préconisé une nouvelle approche", a-t-il déclaré. "Pour le renforcement des capacités pour la consolidation et le maintien de la paix sur le terrain".

Deuxièmement, il est revenu sur l'appel au financement d'une paix durable, "pas pour un mois ou un an - mais sur le long terme".

Troisièmement, il s'est tourné vers de nouveaux partenariats dans lesquels les acteurs nationaux sont "aux commandes".

Et finalement, il a demandé que tout se passe de manière globale et inclusive.

M. Lajčák a qualifié le rapport du Secrétaire Général "d'indicateur fort de la manière d'aller de l'avant" et la Réunion de haut niveau d'opportunité "de tracer la voie à suivre".
-0- PANA MA/FJG/IS/IBA/SOC 06mars2018

06 mars 2018 17:18:44




xhtml CSS