Guinée équatoriale, plus fort taux de prévalence du Sida en Afrique de l’Ouest et du Centre en 2013 (Onusida)

Dakar, Sénégal (PANA) - Avec un taux de prévalence de 6,2%, la Guinée équatoriale a été le pays le plus touché par le Vih Sida en Afrique de l’Ouest et du Centre en 2013, a appris la PANA ce mardi à Dakar, au cours d’une rencontre régionale de l’Onusida.

Selon un document rendu public par l’organisme onusien de lutte contre le Vih Sida, ce pays enregistre le plus fort pourcentage de personne infectées par le virus dans la région à l’opposé du Niger qui fait figure de bon élève. Niamey a le taux de prévalence le plus bas parmi les 25 pays sous la couverture du bureau Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Onusida basé à Dakar, au Sénégal. Les données livrées par l’organisme datent de 2013 et montrent un taux de prévalence moyen de 2,3% dans cet espace régional.

Le document de l’Onusida nous apprend qu'en 2013, l’Afrique de l’Ouest et du Centre comptait  17,4% des personnes vivant avec le Vih  (Pvvih) dans le monde, soit six millions deux cent mille porteurs du virus. Dans les 25 pays de cette zone qui totalise 425 millions d’habitants, six pays enregistrent à eux seuls, 82% de ces Pvvih. Le Nigeria étant le pays le plus peuplé de l’Afrique, arrive en tête avec 52% des 6,2 millions des personnes vivant avec la maladie dans la région. Le Cameroun suit avec 10%, la République démocratique du Congo comptabilise 7%,  la Côte d’Ivoire enregistre 6%, le Ghana, 4% et enfin le Tchad, 3%.

Le document souligne également un faible accès des Pvvih aux médicaments antirétroviraux. En Afrique de l’Ouest et du Centre. « Seulement 23% des Pvvih étaient sous traitement antirétroviraux dans la région (25% chez les adultes, 10% chez les enfants)», lit-on.

Dans le cadre de la prévention de la transmission du Vih de la mère à l’enfant, les données de l’Afrique de l’Ouest et du Centre n’étaient pas encourageantes en 2013. Seules 39% des femmes enceintes séropositives avaient accès au traitement, alors qu’au sud et à l’est du continent, le taux était de 79% par rapport à cet aspect.

Le document souligne toutefois des progrès dans la zone en ce qui concerne la transmission de la maladie par voie sexuelle. « Le nombre de nouvelles infections qui avaient atteint un pic en l’an 2000 a chuté de 44% depuis 2001 à la fin de l’année 2013 », précisent les données de l’Onusida.

L’organisation de lutte contre le Sida qui a salué les efforts consentis par les pays de la région pour financer leurs programmes de lutte contre le Vih, trouve qu’elle reste encore « trop » dépendante des financements extérieurs. En moyenne, 70% des fonds injectés dans la lutte viennent des partenaires étrangers.

-0-  PANA  KARL/BEH/SOC    01 avril 2015

01 avril 2015 21:37:21




xhtml CSS