Guillaume Soro invite les Ivoiriens à la révolte pour installer Ouattara au pouvoir

Dakar, Sénégal (PANA) - Le Premier ministre du gouvernement d’Alassane Ouattara, Guillaume Soro, a invité au cours d’une conférence de presse jeudi  à Dakar, les populations ivoiriennes à descendre massivement dans la rue afin d’installer le candidat de l'opposition proclamé vainqueur de la présidentielle du 28 novembre par la Commission électorale indépendante (CEI) mais à qui le président sortant, Laurent Gbagbo, dénie la victoire.

Selon le chef du gouvernement de Ouattara, le peuple de Côte d’Ivoire doit se donner les moyens de faire partir Gbagbo "et comme ça, toute l’Afrique comprendra que les peuples ont changé".

"C’est une question de responsabilité. C’est pour l’Afrique que nous le faisons. C’est pour le monde entier. C’est pour rehausser l’image du continent", a dit M. Soro aux journalistes.

Il a ajouté que cette révolution doit consister à faire partir Laurent Gbagbo du pouvoir, pour que la Côte d’Ivoire puisse passer au reste de l’Afrique le signal de la primauté de la démocratie.

"Le panel des chefs d’Etat mandaté par l’Union africaine, c’est bien. Mais comme Gbagbo va refuser la solution que ses membres vont proposer, il ne faut pas qu’on perde plus de temps. Il est allé trop loin pour reculer et n’acceptera pas ce que le panel va proposer", a soutenu M. Soro.

Il a poursuivi que l’enjeu de la crise post-électorale ivoirienne ne peut se réduire à un affrontement entre Gbagbo et Ouattara, mais relève d’un choix que l’Afrique doit faire entre les présidences à vie, les royautés ou la démocratie.

"Cette élection a été trop transparente pour qu’on ne sache pas qui a gagné. Je suis triste et désolé de constater que M. Gbagbo ne cède pas le pouvoir et qu’il ridiculise la Côte d’Ivoire et la sous-région. L’Afrique, notre continent, ne peut pas continuer à donner une image humiliante. Si on veut la démocratie, Gbagbo doit partir du pouvoir" a t-il martelé.

Guillaume Soro, arrivé mercredi soir à Dakar, avait été accueilli à sa descente d'avion par le Premier ministre sénégalais, Souleymane Ndéné Ndiaye, avant d’être reçu en audience par le chef de l’Etat sénégalais, Abdoulaye Wade.

Son séjour à Dakar entre dans le cadre d’une tournée qu’il a entamée depuis le 12 février à travers l'Afrique pour trouver les voies et moyens de faire partir Laurent Gbagbo du pouvoir.

Il était accompagné d'une délégation de son gouvernement comprenant notamment le ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, Gervais Kacou.

-0- PANA COU/TBM/SOC 17février2011

17 février 2011 21:19:48




xhtml CSS