Ghassan Salamé reconnaît les maigres chances de parvenir à un amendement de l'Accord politique

Tripoli, Libye (PANA) - Le Représentant du Secrétaire de l'ONU et chef de la Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL), Ghassan Salamé, a estimé qu'"il y a peu de chances" de réaliser des amendements à l'Accord politique qu'il cherche depuis septembre 2017 à parachever dans le cadre des étapes du Plan d'action pour la Libye qui ne repose pas uniquement sur ces amendements.

L'assertion de M. Salamé est intervenue lors de son briefing au Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation en Libye qu'il a présenté mercredi, via la vidéo-conférence à partir de la capitale Tripoli.

"Lorsque j'ai rejoint la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (UNSMIL), j'ai demandé à toutes les parties concernées d'inclure l'amendement de l'Accord politique dans le plan d'action de l'ONU", a déclaré M. Salamé au Conseil de sécurité, ajoutant "je pense maintenant qu'il y a peu de chances d'adopter ces amendements. Mais le plan d'action ne dépend pas de ces amendements".

"Plus la Libye est proche des élections, plus les amendements à l'Accord politique sont importants", a-t-il déclaré.

"Le processus politique en Libye doit progresser" et "le statu quo ne peut être maintenu", a souligné M. Salamé, appelant le Conseil de sécurité "à prendre une initiative sur le statu quo actuel intenable pour tous les dirigeants du pays".

"Travailler pour des élections justes, libres et justes avant la fin de cette année est une priorité pour les Nations Unies. Il est très important avant ces élections de s'assurer qu'elles seront complètes et que leurs résultats seront acceptés par tous", a-t-il souligné.

M. Salamé a indiqué qu'il fait son briefing de Tripoli pour mieux soutenir la Libye, soulignant la nécessité d'être en Libye et exprimant sa fierté de retourner au travail à l'intérieur du pays.

M. Salamé a noté que la Mission des Nations Unies cherche à rouvrir son bureau dans la ville de Benghazi "lorsque les conditions le permettront", notant également que la mission rouvrira son bureau dans le sud.

Le processus politique actuel en Libye est dans l’impasse après l’échec de la mise en œuvre du Plan d’action de l’Emissaire de l’ONU, Ghassan Salamé, reposant sur trois étapes, à savoir la révision de l’Accord politique, l’adoption d’une Constitution et l’organisation d’élections générales prévues en été 2018.

Face à cette impasse, la seule option qui reste est l’organisation d’élections générales pour lesquelles tous les protagonistes se préparent en vue de doter le pays d’une nouvelle légitimité issue des urnes capable de le sortir de la crise.
-0-PANA BY/BEH/SOC 21mars2018

21 mars 2018 21:42:20




xhtml CSS