Ghana: les panélistes et l'hôte d'une radio emprisonnés pour outrage

Accra, Ghana (PANA) - La Cour suprême du Ghana a emprisonné, mercredi, deux panélistes lors d'un talk-show politique sur une station de radio basée à Accra et l'hôte du programme pour quatre mois chacun pour outrage.

Alistair Nelson et Godwin Ako Gunn, les panélistes, et Salifu Maase, alias Mugabe, l'hôte du programme sur Montie FM, ont également été condamnés à une amende de 10 mille cedis ghanéens chacun (un dollar américain = 3,94 cedis) ou passer un mois de plus de prison. Ils doivent payer l'amende à la fin de la journée de jeudi.

Le tribunal, présidé par la juge Sophia Akuffo, les a reconnus coupables de scandaliser la cour, de défier et d'abaisser l'autorité de la cour ainsi que de la mener vers le discrédit.

Les panélistes ont émis des menaces de mort aux juges de la Cour suprême alors qu'ils ont été saisis de l'affaire portée devant elle par certains membres de l'opposition qui voulaient les noms de ceux qui se sont inscrits sur les listes électorales en utilisant les cartes du Régime national d'assurance maladie qui doivent être supprimées.

Les propriétaires pro-gouvernementaux de Montie FM ont également été reconnus coupables d'outrage et condamnés à une amende de 30 mille cedis ghanéens à payer à la fin du jour ouvrable de jeudi ou faire face à une peine d'emprisonnement d'un mois, alors que la société qui possède la fréquence a été condamnée à une amende de 30 mille cedis ghanéens.

Chacun d'entre eux a présenté ses excuses et leurs avocats ont plaidé pour le pardon, mais le tribunal a déclaré que les médias et tous les panélistes de radio doivent apprendre de précieuses leçons du jugement et arrêter les attaques inutiles contre les tribunaux et les juges.

La juge Akuffo a noté que les participants ont rappelé cyniquement à la cour l'assassinat horrible de trois juges de la Haute Cour et un officier de l'armée en 1992.

Elle a déclaré que le tribunal méritait le plus grand respect si la démocratie du pays devait être préservée, et que toute conduite qui cherche à interférer avec le pouvoir judiciaire est un acte contre la communauté.

Le tribunal a déclaré que les propriétaires semblaient avoir peu ou pas d'intérêt pour ce qu'émet leur station de radio et a exprimé l'espoir que chaque propriétaire de maison de presse prendra désormais un vif intérêt pour le contenu des émissions.

Dans une réaction, le secrétaire général de l'Association des journalistes du Ghana, Dave Agbenu, a décrit la peine de prison comme «un triste jour pour la pratique de la presse» au Ghana.

Une station de radio basée à Accra, Starr FM, l'a cité déclarant : «... Il ne devrait pas en venir à cela, il ne devrait pas avoir été à ce niveau, c'est inutile ..."

«Nous avons besoin de dissuasion, mais ce n'est pas le genre de dissuasion que nous devrions utiliser pour guérir le mal que nous avons l'intention de guérir», a ajouté M. Agbenu.
-0- PANA MA/VAO/MTA/BEH SOC 27juil2016

27 juillet 2016 19:58:49




xhtml CSS