Gadio craint des "difficultés" au sommet de l'UA en Egypte

Charm el-Cheikh- Egypte (PANA) -- Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Cheikh Tidiane Gadio, a estimé dimanche à Charm el-Cheikh que le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) qui s'ouvre lundi en Egypte, allait "vers quelques difficultés".
S'expriment au cours d'un entretien avec la PANA en marge des travaux du Conseil exécutif de l'UA, il a exprimé des inquiétudes face au climat qui entoure la préparation de ce sommet.
Il a rappelé que le sommet de la Communauté des Etats sahélo- sahariens (CEN-SAD) qui s'est déroulée il y a quelques jours à Cotonou, au Bénin, avait été sanctionné par une résolution appelant à la mise en place immédiate d'un gouvernement de l'Union.
"Je ne suis pas sûr que cela va être rassembleur", a déclaré M.
Gadio, soulignant le risque de voir certains pays de l'Afrique du Nord aller vers l'Union de la Méditerranée, une organisation qui sera officiellement lancée le 1er juillet à Paris lors d'un sommet regroupant les dirigeants de pays membres.
Le ministre sénégalais ne voit pas l'avenir de l'Afrique en dehors de l'unité, déplorant le manque de viabilité des pays du continent pris isolément, estimant que c'est autant de raisons qui doivent conduire à l'accélération de la marche vers les Etats unis d'Afrique.
"A Charm el-Cheikh, il faut que les Etats répondent à la question centrale de savoir s'il est possible d'aller au gouvernement fédéral avec 53 Etats", déclare M.
Gadio, constatant des lourdeurs qui handicapent le développement de l'UA telle qu'elle fonctionne.
"Il faut en tenir compte et demander à ceux qui sont prêts à aller vers le gouvernement fédéral de le faire.
Il faut une approche graduelle qui permet à 13, voire 15 Etats qui sont prêts d'aller vers le gouvernement de l'Union", a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le ministre sénégalais des Affaires étrangères a dénoncé le calendrier "démentiel" du sommet de l'UA.
"Cinquante points à l'ordre du jour du Conseil exécutif, ce n'est pas rationnel.
On ne peut pas régler tous les problèmes dans un sommet", a soutenu M.
Gadio, donnant en exemple l'Union européenne (UE), dont les sommets des chefs d'Etat durent quelques heures.
"Il y a beaucoup de travail à faire pour réformer nos méthodes de travail, perdre moins de temps et économiser de l'argent", a-t-il affirmé.
"Mobiliser des ministres et des chefs d'Etat pendant quatre jours, c'est trop et son efficacité n'est pas prouvée", a ajouté le ministre sénégalais des Affaires étrangères.
Parlant du nouveau président de la Commission de l'UA, le Gabonais Jean Ping, il a souligné la volonté de celui-ci de réformer l'organe qu'il dirige et d'en faire le levier vers le gouvernement fédéral.
"Mais depuis son installation, il (M.
Ping) a passé son temps à gérer des conflits et n'a pu se pencher sur les réformes de la Commission", a déploré M.
Gadio.

29 juin 2008 11:17:00




xhtml CSS